Catégories
Repères

Les enjeux urbains de la reconversion des anciens hôpitaux

La chronique #1 présente le projet de démolitions de maisons faubouriennes rochefortaises dans le contexte de la réhabilitation de l’Hôpital de la Marine, l’établissement hospitalier historique de la ville. Cette étude de cas m’invite à présenter quelques repères généraux sur la reconversion des anciens hôpitaux de centre-ville. En effet, dans de nombreuses villes françaises, il s’agit d’un sujet majeur des politiques d’urbanisme, d’un enjeu patrimonial de grande ampleur puisque ces établissements, parfois monumentaux, ont souvent été établis au cœur des villes ou dans leur périphérie immédiate1.

Depuis les années 1990, sous l’effet des plusieurs réformes, plusieurs tendances concomitantes vont dans le sens d’une réduction du maillage hospitalier et d’une inégale répartition de l’offre. Réorganisations géographiques successives de l’offre hospitalière, concentration des activités autour de pôles d’excellence, promotion de l’hospitalisation partielle (d’une durée de moins de 24 heures) et à domicile au détriment de l’hospitalisation dite complète (plus d’une journée) sont autant d’évolutions qui conduisent de nombreuses institutions hospitalières publiques à déménager et à regrouper leurs activités dans des établissements plus récents. Dans ce contexte, de nombreuses fermetures d’établissements sont recensées. Entre 1992 et 2003, 380 établissements publics ont été supprimés ou regroupés, soit une baisse de 11%2, puis encore 78 entre 2013 et 20203. Très logiquement, ces fermetures se doublent d’une diminution du nombre de lits. Dans les seuls hôpitaux publics, 137000 suppressions ont été comptabilisées entre 1992 et 20114, puis 27000 entre 2013 et 20205, soit environ 5500 lits par an en moyenne durant ces 30 dernières années dans le seul secteur public.

Ces restructurations ont bien entendu des conséquences directes sur la gestion du parc immobilier. Elles conduisent à libérer les anciens hôpitaux situés au cœur des centres-villes6. Monuments de centre-ville, sites emblématiques, ensembles architecturaux au potentiel de reconversion, ils représentent des opportunités précieuses pour les municipalités. Alors que la densité des centres-villes rend relativement rare la possibilité d’élaborer des projets d’urbanisme de grande envergure, ces sites sont une aubaine sur le plan foncier et immobilier. Ils deviennent logiquement une source de négociation entre des établissements publics de santé soucieux de tirer profit de leur vente ou de leur location et des municipalités désireuses de revaloriser ces ensembles patrimoniaux7.

Sur la base des travaux d’Émilie Pascal et de Julien Kostrzewa, trois grands types de reconversions de ces hôpitaux anciens peuvent être distingués : les projets à l’appui de nouveaux quartiers de vie, des projets emblématiques de territoire, des projets à vocations culturelles et patrimoniales8. Pour attirer des investisseurs de standing et des activités prestigieuses, les acteurs locaux n’hésitent pas à « mettre en récit » leur projet de reconversion, jusqu’à la caricature parfois, en instrumentalisant la monumentalité formelle et symbolique. Pour ces protagonistes des projets de reconversion, l’enjeu est de gagner en attractivité en constituant une nouvelle offre dans les domaines du tourisme (l’hôtellerie et ses services associés, restauration), de l’accueil d’institutions prestigieuses ou de collectivités (Cités de la gastronomie, sièges d’administration), de l’activité économique à haute valeur ajoutée (commerce, banque, etc.), mais aussi du logement de standing par exemple. S’il y a bien sûr des exceptions où les anciens hôpitaux accueillent des activités d’un autre genre (essentiellement des logements par exemple), ce modèle semble prendre de l’ampleur.

Il aurait été possible de présenter de nombreux exemples bien sûr, notamment les Hôtel-Dieu de Marseille et Paris, les hôpitaux de Rennes ou de Dijon. Mais les projets présentés ci-dessous (Lyon, Valenciennes et Nogent-le-Rotrou) sont assez représentatifs des tendances globales que je viens d’esquisser, malgré leurs différences (de la petite ville à la grande métropole, montages opérationnels et acteurs variés).

Quelques exemples de reconversions d’hôpitaux

L’Hôtel-Dieu de Lyon

L’Hôtel-Dieu est l’un des plus grands et anciens bâtiments de la presqu’île lyonnaise. Les premiers bâtiments sont attestés au XIIe siècle. Dans les années 2000, les Hospices civils de Lyon, propriétaires du site, décident de transférer les activités médicales dans leurs établissements plus récents. Ils ne cèdent alors pas le bâtiment mais le louent à plusieurs locataires via un bail emphytéotique, de très longue durée.

L’institution hospitalière, comme maître d’ouvrage, garde donc la main sur la reconversion. Toutefois le Maire de Lyon joue un rôle important puisqu’il est historiquement et statutairement son Président du Conseil de Surveillance, lequel « émet des avis concernant la politique d’amélioration continue de la qualité et de prise en charge des usagers, concernant les acquisitions et les aliénations ou échanges d’immeubles, les baux supérieurs à 18 ans, les baux emphytéotiques ainsi que les contrats de partenariat9. » On comprend ici l’importance de la municipalité qui est en mesure de donner l’impulsion et d’orienter le projet. L’architecte des bâtiments de France Didier Repellin et Albert Constantin (AIA associés) sont désignés pour la maîtrise d’œuvre du projet.

Le projet de reconversion est justifié par une mise en récit tout à fait classique. Elle fait la promotion d’une certaine « histoire du lieu », du respect d’une institution ancestrale : « Joyau du patrimoine architectural Lyonnais, le Grand Hôtel-Dieu est depuis toujours un lieu de vie et de modernité. Hier hospice, hôpital ou maternité, il brillait par ses techniques médicales à la pointe. Aujourd’hui, c’est un lieu aux multiples facettes, mais toujours tourné vers l’hospitalité. C’est un Hôtel 5 étoiles, un espace de shopping tendance, un parcours imaginé autour de 4 univers traversant dômes, cours et jardins historiques10. »

La programmation du site consiste en un centre commercial de 17100 m2, 13600 m2, un hôtel 5 étoiles de 143 chambres (13 500 m2) et des services associés (restaurants, centres de séminaires, etc.), une Cité de la gastronomie dans le cadre du label Unesco pour « le repas gastronomique français » et 11 logements, ainsi que la possibilité de mettre en place des événements culturels11.

Hôtel-Dieu de Lyon | Crédit photo © AIA Life Designers
Hôtel-Dieu de Lyon | Crédit photo © AIA Life Designers
Hôtel-Dieu de Lyon | Crédit photo © Gilbert Garcia
Hôtel-Dieu de Lyon | Crédit photo © Gilbert Garcia

L’Hôpital Général de Valenciennes

Bâti au XVIIIe siècle, l’Hôpital général a aussi été, au cours de son histoire, un hôpital militaire, une prison durant l’occupation allemande et un hospice pour personnes âgées. À partir de 2001, l’aile droite de l’hôpital accueille l’administration de la communauté d’agglomération Valenciennes Métropole (département du Nord). Cela conduit à sa dénomination « Hôtel du Hainaut » et à des travaux de réhabilitation. En 2013, l’autre partie du site est achetée par la Financière Vauban, entreprise spécialisée dans la reconversion des bâtiments anciens tels que les hôpitaux, les casernes, les hôtels particuliers, etc.12

Le nouveau propriétaire de la cour gauche, c’est-à-dire la Financière Vauban, est le maître d’ouvrage de cette partie de la reconversion. Il choisit une équipe composée de MAES Architectes Urbanistes et de Régis Martin, Architecte en Chef des Monuments historiques13, équipe également choisie par l’intercommunalité Valenciennes Métropole pour la réhabilitation de son siège14. La programmation de la cour gauche, soit 52000 m2, est constituée d’un hôtel 4 étoiles de 79 chambres avec espace SPA, d’un restaurant gastronomique et d’une brasserie, d’un espace séminaire, d’un bar, d’un club. Par ailleurs, une « résidence de standing » de 161 logements a été prévue15.

Hôtel du Hainaut à Valenciennes | Crédit photo © MAES Architectes urbanistes
Hôtel du Hainaut à Valenciennes | Crédit photo © MAES Architectes urbanistes

L’Hôtel-Dieu de Nogent-le-Rotrou

Dans le département de l’Eure-et-Loir, le projet de reconversion de l’Hôtel-Dieu de la ville de Nogent-le-Rotrou (9400 habitants) montre que cette pratique n’est pas l’apanage des grandes métropoles mais qu’elle peut aussi être mobilisée par les villes petites et moyennes, celles-ci pouvant bénéficier de programmes de financement de l’État. Il s’agit en l’occurrence du programme d’investissement « Action Cœur de Ville » :

« Ces villes (moyennes) sont sources de dynamisme économique, patrimonial, culturel et social, mais elles connaissent parfois des difficultés d’attractivité, de logements dégradés ou de vitalité commerciale. Pour répondre à ces problématiques, le ministère a lancé, en décembre 2017, le plan Action cœur de ville pour revitaliser les villes moyennes dans tout le territoire métropolitain et ultramarin. En tout 222 communes sont concernées par ce plan d’investissement public d’ampleur16. »

Nogent-le-Rotrou fait partie des 222 communes concernées par le programme d’investissement. Plus particulièrement, 54 d’entre-elles ont pu mettre en place un projet « Réinventons nos cœurs de ville »17 qui vise l’accompagnement de projets reconnus par l’État comme innovants. Le projet de reconversion de l’Hôtel-Dieu est ainsi intégré à ces programmes publics, la municipalité ayant la possibilité de bénéficier d’un soutien de la Banque des territoires de la Caisse des dépôts pour le mener à bien18. Cette impulsion et cet encadrement national confèrent une originalité à ce projet de reconversion de l’hôpital ancien. En revanche, le contenu du projet est fortement similaire aux autres cas étudiés.

À l’automne 2021, l’appel à projets lancé par la ville et la Caisse des dépôts était encore en ouvert19 mais les grandes lignes de la programmation des 3500m2 sont à peu près connues. Le monument devrait être composé d’un hôtel de standing, de restaurants (familiaux et haut de gamme), de logements locatifs de standing ainsi que d’une « offre hybride de type “appart hôtel” ou “co-living” (vivre à plusieurs dans le même logement, avec des services mutualisés et des espaces communs et privés)20. » Un espace de formation aux métiers de l’artisanat d’art et de l’alimentaire est aussi envisagé.

Hôtel-Dieu de Nogent-le-Rotrou | Crédit photo : Benjamin Smith

Conclusion : d’un asile à l’autre

Il faut enfin relever l’impressionnant retournement historique que représentent ces projets de reconversion. Les anciens hôpitaux étaient considérés par Michel Foucault comme une des meilleures illustrations des milieux d’enfermement avec la prison, la caserne, l’école, l’usine, etc. Selon lui, dans nos « sociétés disciplinaires », essentiellement à partir du XVIIIe siècle et jusqu’au XXe siècle, ces équipements permettaient de surveiller, de quadriller, de maîtriser les corps, des populations pauvres, des malades, des indigents, des fous, criminels, etc. Aujourd’hui, ces équipements font face à des injonctions contradictoires : s’ouvrir sur la ville grâce à des galeries marchandes, des terrasses de cafés et de restaurants, etc. ; mais aussi conserver une dimension asilaire pour leur riche clientèle, seule susceptible d’accéder à des services luxueux.

  1. Isabelle Duhau et Cécile Lestienne, « Patrimoines de la santé : essais de définition – enjeux de conservation », In Situ. Revue des patrimoines, 31 | 2017. []
  2. Laurence Cohen, Proposition de loi tenant à instaurer un moratoire sur les fermetures de services et d’établissements de santé ou leur regroupement, Rapport sénatorial, 14 janvier 2014, 38 pages. []
  3. Direction des études et des statistiques du ministère de la Santé, Entre fin 2019 et fin 2020, la capacité d’accueil hospitalière a progressé de 3,6 % en soins critiques et de 10,8% en hospitalisation à domicile, Études et résultats, septembre 2021 []
  4. Laurence Cohen, Proposition de loi…, op.cit. []
  5. Direction des études et des statistiques du ministère de la Santé, Entre fin 2019 et fin 2020, la capacité…, op. cit. []
  6. Cette centralité semble parfois variable en fonction des cas, certains anciens hôpitaux, notamment dans les grandes agglomérations, étant localisés en périphérie du centre-ville. D’après : Jean Labasse, L’hôpital et la ville. Géographie hospitalière, Paris, Hermann, 1980, 240 pages. []
  7. Anne Pétillot, La reconversion des anciens hôpitaux, un enjeu pour les centres hospitaliers et les métropoles françaises : expériences comparées à Lyon, Marseille, Montpellier, Paris, Poitiers et Saint-Etienne, thèse de géographie et aménagement, Paris 4, 2013. []
  8. Émilie Pascal et Julien Kostrzewa, « Patrimoine de la santé : vers une méthode de reconversion pour des sites historiques d’envergure urbaine », In Situ, 31 | 2017. []
  9. Voir les instances de gestion des HCL leur site internet []
  10. Voir les pages promotionnelles du Grand Hôtel-Dieu de Lyon. []
  11. Fiche en partie réalisée d’après l’article : Émilie Pascal et Julien Kostrzewa, « Patrimoine de la santé : vers une méthode de reconversion pour des sites historiques d’envergure urbaine », In Situ, 31 | 2017. []
  12. Sur cette chronologie, voir le site de Valenciennes Métropole. []
  13. Fiche de l’Observatoire du CAUE du Nord, « Hôtel Royal Hainaut, Valenciennes (59) », 7 février 2022. []
  14. Voir la présentation publicitaire de MAES architectes urbanistes []
  15. Voir la présentation publicitaire de MAES architectes urbanistes. []
  16. Voir la page du programme Action cœur de ville sur le site du Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités. []
  17. Ibid. []
  18. Ministère de la cohésion sociale et des relations avec les collectivités, Appels à projets Réinventons nos cœurs de ville. Catalogue des sites, 2019. []
  19. « Le maire Harold Huwart (Parti Radical) évoque les projets de travaux qui vont bouleverser le cœur de ville », L’écho républicain, 4 octobre 2021 []
  20. Nogent-le-Rotrou, Programme Action Coeur de Ville, 2019. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Jérôme Rollin (10 février 2022). Les enjeux urbains de la reconversion des anciens hôpitaux. Dédale urbain. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nhjo


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search