Catégories
Alternatives Chroniques

À Rochefort, un urbanisme de l’ordinaire

Chronique 1 – Épisode 2

Le premier article de cette chronique montrait comment les politiques urbaines faisaient des maisons faubouriennes de la rue Pasteur à Rochefort – ces maisons qui doivent être démolies dans le cadre de la reconversion de l’hôpital de la Marine1, un patrimoine très peu légitime. Je me suis entretenu avec François Rochon, urbaniste et chercheur spécialiste de la politique du logement et du logement social, fin connaisseur du tissu urbain rochefortais, à propos de son travail sur ces maisons. Il a réalisé un reportage photographique dans certains de ces logements laissés à l’abandon pendant plusieurs années par la municipalité qui y a exercé son droit de préemption en l’attente d’un projet urbain qui ne semble pas parvenir à se concrétiser malgré la succession de tentatives et d’annonces jusqu’à tout récemment2. Certaines sont dans un état de délabrement avancé. Elles dénotent du reste de la rue où de nombreuses maisons sont, au contraire, soigneusement rénovées. Ici, la décrépitude est la conséquence de la politique publique.

L’immersion photographique, sensible et réflexive, est revendiquée par François Rochon comme une approche empathique de la vie quotidienne urbaine, aux antipodes d’un urbanisme empreint de rationalité et de technique. Cette opposition impose une forme de nécessité puisque, pour lui, « quand on détruit des maisons, ce n’est pas anodin, d’autres habitants arrivent avec un autre projet de vie, cette transmission est l’occasion de décrire la transformation de la ville, il y a de bonnes raisons de mener ce travail à ce moment-là ». Pour appuyer son propos, il explique d’ailleurs qu’un important travail de collecte historique et de mise en valeur de la mémoire des habitants est souvent mené dans les quartiers concernés par la politique de la ville, notamment dans le cadre des opérations de rénovation urbaine. L’absence d’études du même type dans des contextes comme celui des maisons faubouriennes confère justement à son reportage, un caractère d’urgence.

Pour ma part, il m’a semblé très pertinent de lire ce travail d’immersion à travers les réflexions de l’anthropologue Éric Chauvier3. Les deux chercheurs proposent une critique méthodologique invitant à casser les habitudes académiques et les pratiques professionnelles, à mener des enquêtes de façon plus empathiques et réflexives et, ainsi, à articuler le scientifique et le politique. Les deux lignes perspectives tracées par François Rochon et Éric Chauvier semblent pouvoir se rejoindre, permettant d’imaginer une alternative cohérente aux dérives de la vision très rationnelle de l’urbanisme. Le présent article propose d’entrelacer ces deux démarches, de faire du cas rochefortais une application urbanistique de la boîte à outils proposée par l’anthropologue.

Méthodologie

Début 2021, François Rochon relève dans la presse locale un article sur la destruction des maisons de la rue Pasteur. Voyant-là l’opportunité de mener le reportage photographique, il demande l’autorisation d’y accéder. Il est alors accompagné par un agent de la collectivité qui dispose des clés de plusieurs d’entre-elles. François Rochon a donc la possibilité de réaliser plusieurs visites. Les maisons sont dans des états très variables. L’une, très bien conservée, est prêtée par la ville à une association. Une autre, dans un état déplorable, présente les signes d’un pourrissement avancé.

Durant son enquête, François Rochon rencontre un habitant d’une maison contiguë, venu à sa rencontre lors des prises de vue des façades sur la rue. Cette personne retraitée explique que des propositions de rachat de sa maison lui ont été faites, mais qu’il n’avait pas voulu vendre. Habitant dans cette maison depuis longtemps, ayant réalisé des travaux de rénovation, il n’avait pas eu envie de changer de lieu de résidence. En faisant visiter son jardin à François Rochon, il lui explique qu’il avait peur qu’on lui en coupe l’accès dans le cadre du projet de reconversion de l’hôpital.

Appréciant d’en comprendre le fonctionnement technique, le rochefortais choisit d’utiliser un appareil argentique plutôt que numérique. Le coût élevé des photographies, la moindre immédiateté oblige à une réflexion beaucoup plus poussée sur les prises de vue, à penser l’image de façon plus consciente. Il recherche par ailleurs moins l’esthétique que le réalisme. De son reportage, François Rochon sélectionne 14 photographies qu’il présente jalonnées de textes littéraires et analytiques dans son livre « Au jardin des retraits », le sas-culture, février 2021.

En guise d’avertissement, je précise que ce rapprochement est très personnel : à ma connaissance, les deux auteurs ne se sont pas inspirés du travail de l’autre ! Ils n’en demeurent pas moins représentatifs d’une dynamique commune. Par ailleurs, je m’appuie dans cet article sur des textes rédigés par François Rochon à la suite de son travail, sur un long entretien avec lui, et, bien entendu sur sa série de photographies dont certaines sont reproduites ici avec son accord.

Contre l’idéologie de la rationalité

Le propos d’Éric Chauvier s’inscrit dans une optique épistémologique de transformation des pratiques scientifiques mais aussi dans un projet politique. Souhaitant « outiller les non-spécialistes » face au manque d’intelligibilité du débat public4, il propose de travailler à l’utilité sociale de l’anthropologie (et de l’ensemble des sciences humaines et sociales). Selon lui, l’effet des discours scientifique, politique, administratif, médiatique, mais aussi des « experts », se développe une façon brouillée de voir le monde par « catégories » floues et fourre-tout, telles que la notion de « crise ». Elles sont généralement polysémiques et peuvent être mobilisées dans des contextes très différents, ce qui ajoute à leur ambiguïté. Selon l’auteur, les scientifiques devraient justement se donner comme mission de les contester, de les critiquer. Mais eux-mêmes ne sont pas exempts de tout reproche. Par exemple, l’utilisation de concepts généraux5 peut conduire à une déconnexion entre la pratique scientifique trop abstraite et la réalité ordinaire du terrain. Cette dérive brouille l’analyse des phénomènes sociaux ou conduit à des lectures idéologiques. L’auteur dénonce ainsi des sciences humaines et sociales dominées une « idéologie de la réussite » et par des théories positivistes (dogmes du quantitatif, du raisonnement rationnel, modèle des sciences « dures », etc.), auxquelles il faut opposer un scepticisme :

« Ce scepticisme s’oppose à l’idéologie de la réussite qui empreint aujourd’hui les sciences humaines (résoudre la souffrance, panser la douleur, – dont le « care » est l’emblème -, promouvoir une gouvernance adaptée, etc.). Cette anthropologie du vivre-ensemble, en cherchant à tout prix à résoudre des conflits ou à soigner des personnes, en vient à justifier, au nom de l’urgence, des catégories inadaptées. Le scepticisme apparaît beaucoup plus ajusté à la vie ordinaire, autrement dit, plus en accord avec les enjeux contextuels de l’enquête. »

Éric Chauvier, Anthropologie de l’ordinaire. Une conversion du regard, Anacharsis Éditions, Toulouse, 2017, p. 145.

De son côté, lorsque l’urbanisme détermine les futures activités, les équipements et infrastructures d’un site à aménager, quand il choisit les types et les formes de logements, de bureaux ou de services, il emploie des référentiels qui s’approchent des logiques condamnées par Éric Chauvier. Ainsi, dès 1974, l’ingénieur des Ponts-et-Chaussées Jacques Dreyfus parle de l’urbanisme comme d’une « idéologie de la rationalité »6. Celle-ci prend plusieurs formes, mais elle se caractérise surtout par l’utilisation intensive de méthodes inspirées des mathématiques et des « sciences dures », ainsi que par des injonctions croissantes à l’intégration de ces disciplines dans les pratiques urbanistiques7. Dans une volonté d’ordonner (voir l’article à ce sujet), la culture professionnelle impose alors de quantifier les populations, toutes sortes de flux, de valeurs économiques, etc. puis de les mettre en relation avec les éléments matériels de la ville. Elle impose « des exigences d’organisation, d’ordre, de cohérence, (…) une rationalité technique, économique, sanitaire, sociologique, plutôt que sociale, que nous devons au positivisme scientiste8. » L’idéologie de la rationalité se rapproche de celle de la réussite en ce qu’elle met en avant la notion d’un besoin prédéterminé auquel il est nécessaire de répondre. Elle suppose en effet de donner les moyens les plus adaptés, les plus performants, les plus efficaces pour atteindre ces objectifs, ces fins, ces besoins considérés comme fixes.

En matière d’aménagement et d’urbanisme, l’idéologie de la rationalité conduit souvent à formuler questions urbaines et des réponses stéréotypées. Selon cette logique, la reconversion de l’hôpital de la Marine, prioritaire en termes de valeur économique potentielle, doit s’accompagner d’une double optimisation de son intégration urbaine : l’optimisation des flux afin de « faciliter les mobilités » et de « désenclaver le quartier » est pensée comme un passage obligé dans un contexte urbain d’imbrication du bâti et du foncier ; l’optimisation de la qualité des formes urbaines alentours puisque le remplacement des maisons faubouriennes par un programme immobilier neuf est considéré comme un levier de valorisation du monument hospitalier. Ainsi, la logique rationaliste généralise la dépréciation de l’enclavement, la valorisation de la monumentalité et de la circulation des flux. Elle a de lourdes conséquences pour les maisons faubouriennes :

« Elles manifestaient plutôt un rapport au temps, elles interrogeaient une désagrégation urbaine inexorable, sous l’effet prospectif et rationnel d’une ville à la recherche de sa fonctionnalité, soucieuse du renouvellement de son patrimoine, par-delà son attachement au charme passé. Incontestablement, ces maisons ne répondaient plus aux progrès du confort contemporain et il manquait à leur caractère rigoureusement authentique un minimum de rareté recherchée. »

François Rochon, Extrait de « Au jardin des retraits », le sas-culture, février 2021.
Crédit photo : François Rochon

La démarche d’urbanisme sensible de François Rochon apparaît comme une alternative méthodologique à cette idéologie de la rationalité. À la manière des revendications d’Éric Chauvier, elle permet d’apprécier une réalité directement issue de l’expérience du terrain, et non des bonnes pratiques urbanistiques ou de leur sous-bassement idéologique. S’intéresser sérieusement aux situations sans schéma rationaliste préconçu permet alors, entre autres choses, de valoriser la richesse d’un patrimoine sous-estimé, la biodiversité de jardins privés, les apports environnementaux de l’enclavement, c’est-à-dire de mettre en avant la réalité urbaine quotidiennement vécue par les habitants (humains et non humains). Cette façon de s’intéresser au territoire met en lumière un système de richesses matérielles et immatérielles, réelles et imaginaires, fondamentalement opposé à la raison urbanistique.

Pour un urbanisme sensible

Dans ses travaux, Éric Chauvier met le partage de ses propres émotions au cœur de l’enquête, il revendique le fait d’exploiter un « capital d’émotions », ce qui est loin d’être traditionnel en sciences sociales9. Il met l’enquête au service de ses ressentis, de ses sentiments, afin d’en expliquer l’origine anthropologique. Pour lui, l’étude ethnographique, le travail en immersion, se doit de mobiliser certains affects. François Rochon, quant à lui, fait part de plusieurs sources de motivation, liées à son intérêt pour l’histoire locale et à son parcours résidentiel et professionnel. Plus précisément, son travail a émergé d’une triple curiosité. Curiosité pour l’importance donnée à cette démolition par la presse locale d’abord, laquelle nous apprend que Crucita Gainza, compagne de l’écrivain rochefortais Pierre Loti – par ailleurs antisémite notoire, a logé dans l’une d’entre elles en 189410. Curiosité urbaine ensuite, puisque François Rochon, de retour dans sa région natale, redécouvre les formes urbaines locales avec l’expertise de l’urbaniste. Analysant l’unité régionale du type d’habitat, il présente les maisons faubouriennes visitées :

« Derrière leurs façades étroites, les maisons s’étendaient tout en profondeur et composaient parfois un enchevêtrement de plusieurs logements, avant d’ouvrir sur leurs jardins en bandes (…). Je demandais à pouvoir une dernière fois visiter ces maisons anciennes, dont l’architecture si courante ici prolongeait à sa manière le plan initial de la ville. »

François Rochon, Extrait de « Au jardin des retraits », le sas-culture, février 2021.
Crédit photo : François Rochon

Curiosité du chercheur enfin, quand son intuition sur l’importance patrimoniale de ces maisons se rapproche de l’enjeu plus global de la vacance des logements11. Il précise ainsi : « Le sujet de la vacance des maisons de centre-ville est largement sous-estimé, il s’agit d’un patrimoine largement méprisé. Pourtant, en utilisant des méthodes photographiques, en prenant le temps de l’immersion, j’ai voulu montrer qu’il s’agissait un enjeu pour l’action publique ». Le travail du rochefortais est profondément ancré dans la matérialité de la ville. Il suit une volonté de partager les conséquences brutales des politiques urbaines :

« Seule l’ossature première du bâtiment tenait encore, le dessin des moulures du plafond et surtout les portes d’origine avec leurs grosses serrures à boîtier sans clé. Je découvrais ainsi une esthétique nouvelle de la vacance, celle de l’abandon planifié qui avait conduit les services municipaux à clouer les volets, à barricader les entrées par des plaques métalliques contre les occupations de fortune. Toute l’angoisse du lieu tenait à cet effort d’occlusion à l’opposé des ruines à tout vent. »

François Rochon, Extrait de « Au jardin des retraits », le sas-culture, février 2021.

La démarche de François Rochon met ainsi en lumière l’envers du décor de l’opération d’urbanisme. Elle donne à voir un habitat à part entière, des lieux de vie ravagés par leur inoccupation forcée. En cela, les maisons faubouriennes font ici l’objet d’une façon particulière de faire de l’urbanisme, destinée à être répliquée plus largement.

Pour un urbanisme réflexif

Je l’ai dit précédemment, pour Éric Chauvier, les chercheurs en sciences humaines et sociales doivent prendre garde à ne pas s’extraire de la réalité, par exemple en surinterprétant des observations à partir de grilles d’analyse abstraites. Pour s’en prémunir, ils doivent prendre en compte, restituer et valoriser les événements ordinaires qui les touchent lorsqu’ils sont sur le terrain. La boite à outils proposée par l’anthropologue impose de faire preuve de réflexivité, de partager ses propres émotions, ou encore de considérer la recherche comme une expérience sur laquelle il est souhaitable de communiquer. De son côté, François Rochon décrit très précisément les conditions de réalisation de l’enquête et ses impressions finales : « Alors que je sortais, soulagé d’en terminer avec cette incursion imprudente, je revoyais les façades avec effroi, comme si celles-ci figuraient maintenant un décor urbain trompeur, épousant le masque d’un monde angoissant de ruines, en voie de dislocation12. » L’enregistrement par l’image de prend toute sa dimension. Il s’agit d’une activité de collecte de données mais aussi, de façon inextricablement liée, d’un support de l’expérience de l’enquête.

1 – L’immersion par l’image permet en fait de faire vivre l’objet de recherche pour le public et le chercheur et, par conséquent, de générer les conditions d’une réflexivité commune. Les pratiques urbanistiques actuelles permettent difficilement ce type d’approche. En effet, il s’organise autour de catégories, parfois très décalées des réalités vécues par les habitants. Il est constitué d’une abondance de discours, réglementations, pratiques, études, recherches qui le rendent incernable, particulièrement flou. Il est composé de l’activité législative et réglementaire, de procédures, de chartes, guides et règlements produits par des organisations professionnelles, de documents thématiques d’expertise ou de vulgarisation, de supports médiatiques relatant les activités ou « références » d’agences d’urbanisme, d’architecture, de participation, de programmation urbaine, de bureaux d’études, etc. Il est aussi formé d’appels d’offres, de revues spécialisées, scientifiques ou professionnelles, à destination de publics variés (chercheurs, professionnels, élus locaux, etc.), d’articles de revues non spécialisées ou de la presse locale, etc. La masse produite, technique et insaisissable, est l’exact opposé d’une démarche sensible et pointant l’ordinaire d’une situation urbaine.

2 – À cet ensemble difficile à appréhender répond la volonté de mettre en lumière les expériences vécues. Pour François Rochon, ceci nécessite de renouveler la mise en récit des transformations urbaines, laquelle « passe aujourd’hui par la documentation technique et réglementaire de la planification notamment. Il y a peu d’alternatives non institutionnalisées, c’est-à-dire qui ne passent ni par des obligations procédurales ni sous les fourches caudines des mandats électoraux, et je pense que c’est un problème ». Pour le rochefortais, les évolutions de la vie urbaine nécessitent d’être décrites plus précisément que ne peuvent le faire les documents de planification par exemple.

« Le délabrement à peine visible depuis la rue s’avérait des plus lugubres dans certaines de ces habitations abandonnées, où les plafonds de plâtre avaient pourri et fini par tomber en lambeaux, ravagés par l’humidité d’hivers sans chauffage. Suivant un long corridor extérieur qui menait au jardin, la route m’était progressivement barrée par des ronces, en plus d’un arbre courbe déjà robuste, qui entravait plus loin l’allée. Il avait poussé dans une fente étroite, entre le sol et le pignon voisin, à même le béton recouvert de mousse épaisse mêlée aux gravas, devant une fenêtre en bois aux ferrures rouillées. Laissée ouverte, elle était gagnée par le lierre qui semblait cependant rebuté par l’obscurité profonde de la pièce (…) Un lé de tapisserie aux motifs ondulé, décollé à demi, pendait dans l’entrebâillement d’une porte ouverte sur un cagibi, d’où perçait seulement un rayon intense, jaune, de lumière du dehors entre deux morceaux de verre brisé au carreau de la lucarne blême. »

François Rochon, Extrait de « Au jardin des retraits », le sas-culture, février 2021.
Crédit photo : François Rochon

L’appréhension et la description de la vie urbaine nécessitent de promouvoir d’autres compétences dans le champ professionnel de l’urbanisme, de faire en sorte que l’approche sensible et empathique de la vie urbaine puisse accompagner, voire supplanter selon les cas, certaines pratiques techniques de l’urbanisme, toujours très normées. Il s’agit, par exemple, de relater l’expérience de l’immersion et de l’observation.

Perspectives

Dans le premier volet de cette chronique, j’ai souhaité montrer que la logique néolibérale du projet de reconversion de l’hôpital de la Marine excluait le patrimoine faubourien, allant jusqu’à prévoir sa suppression partielle. Malgré les échecs répétés des tentatives de reconversion du monument, cette logique imprègne la politique locale. À rebours, la méthodologie employée par François Rochon est susceptible de fournir une option pouvant prendre place dans une politique urbaine alternative, définie par Vincent Béal et Max Rousseau selon trois critères : une perspective bottom up, une organisation autour de principes non-marchands, des finalités d’action centrées sur l’habitat populaire13.

1 – Elle se pose en rupture avec une vision rationaliste de l’urbanisme puisqu’elle n’est pas focalisée sur des besoins fixés à l’avance, auxquels il faudrait adjoindre des moyens performants, et qu’elle ne s’appuie pas sur une impérieuse nécessité de quantifier des phénomènes. Délestée de ces intentions initiales, elle permet de révéler les éléments ordinaires de la vie quotidienne, des lieux de vie, à des façons variées d’habiter l’espace. Des réalités de terrain, loin des référentiels et des « bonnes pratiques » de l’urbanisme.

2 – Là où les politiques urbaines néolibérales voient des immeubles décrépis produisant un enclavement urbain indésirable, François Rochon fait ressortir un patrimoine faubourien original, représentatif d’une histoire sociale de la ville. Son travail permet de mettre en valeur des espaces à la valeur agricole ancienne (parcelles agricoles historiques, puis jardins partagés non loin de là, etc.) et à l’importance écologique sans doute réelle aujourd’hui. Il donne aussi à voir une façon de vivre la ville plus modeste et apaisée à l’heure où l’intensité urbaine peut être sérieusement remise en question.

3 – Une perspective résolument bottom up, c’est-à-dire en dehors des arènes de discussion classiques composées d’élus ou d’experts, puisque le rochefortais effectue un travail de terrain hors des cadres institutionnels, s’introduisant d’ailleurs dans un environnement peu sécurisé. Par extension, il se positionne dans un « en dehors » réglementaire, notamment vis-à-vis des documents d’urbanisme et des procédures d’aménagement.

En somme, le travail de François Rochon se positionne clairement comme une alternative à l’idéologie de la rationalité urbanistique, comme une méthodologie susceptible de se placer au service de politiques urbaines alternatives, voire de les impulser. Il se présente comme invention littéraire en quête d’utilité sociale14, soucieux de répondre au mieux à des enjeux urbains et politiques.

  1. À propos de la reconversion des anciens hôpitaux, voir l’article « Les enjeux urbains de la reconversion des anciens hôpitaux » []
  2. David Briand, « À Rochefort, le majestueux ensemble de l’hôpital de la Marine en passe d’être vendu », Sud Ouest, 21 janvier 2022. []
  3. Éric Chauvier, Anthropologie de l’ordinaire. Une conversion du regard, Anacharsis Éditions, Toulouse, 2017, 206 pages. Voir la note de lecture de Laurent Di Filippo []
  4. Éric Chauvier, Anthropologie de l’ordinaire…, op. cit., p. 195 []
  5. L’auteur cite notamment « magie », « culture », sorcellerie », « identité », etc. []
  6. Jacques Dreyfus, L’urbanisme comme idéologie de la rationalité : le refus de l’ordre de la différence, Paris, CREDOC, 1974, 2 vol. 629 pages. []
  7. Gabriel Dupuy, « Nouveaux modèles théoriques pour l’urbanisme : apports et limites de l’interdisciplinarité scientifique disruptive », Riurba, n°6, 2018 et Jacques Dreyfus, La ville disciplinaire. Essai sur l’urbanisme, Paris, Éditions Galilée, 1976, 216 pages. []
  8. Daniel Pinson, « L’urbanisme, ou le refoulement de la normativité », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement, 39-40 | 2018. []
  9. Éric Chauvier, Anthropologie de l’ordinaire…, op. cit., p. 126 []
  10. « Rochefort : la Ville veut démolir six maisons », Sud Ouest, 6 janvier 2021. []
  11. Même si leur inoccupation réelle est liée à la procédure juridique du droit de préemption et non à au phénomène urbain de désertification de certains secteurs []
  12. François Rochon, Extrait de « Au jardin des retraits », le sas-culture, février 2021. []
  13. Vincent Béal and Max Rousseau, « Alterpolitiques! », Métropoles, 15 | 2014 []
  14. Sur ces questions voir Éric Chauvier, Anthropologie de l’ordinaire…, op. cit., p. 174 []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Jérôme Rollin (2 février 2022). À Rochefort, un urbanisme de l’ordinaire. Dédale urbain. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nhjn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search