Catégories
Chroniques

Rochefort et ses démolitions faubouriennes

Chronique 1 – Épisode 1

Cette chronique sera l’occasion de parler de Rochefort, ville de 23000 habitants située dans le département de la Charente-Maritime et de présenter le travail photographique de François Rochon, urbaniste et chercheur rochefortais spécialiste de la politique du logement et du logement social. L’étude porte plus précisément sur un projet de reconversion de l’ancien hôpital conduisant à une série de démolitions des premières maisons faubouriennes de la ville, un projet par ailleurs tout à fait représentatif des pratiques qui ont cours dans ce domaine en France (voir l’article à ce propos). Dans ce premier article, je tente de mettre en lumière les logiques de ce projet. Dans un second article, le présenterai l’approche artistique mise en place par François, une démarche sensible faisant figure d’alternative à la technicité des pratiques traditionnelles d’urbanisme.

Mon propos pourrait être interprété comme une entreprise de légitimation patrimoniale des maisons faubouriennes menacées. Mon intention n’est pas de prendre part à un débat hypothétique qui opposerait les tenants de leur conservation et ceux de leur destruction. Elle n’est pas non plus de tenter une hiérarchisation périlleuse des patrimoines, de leur attribuer un caractère légitime ou dominant, de me prononcer sur l’opportunité de faire table rase d’un passé plutôt que d’un autre. Je n’entre pas ici dans ces considérations anthropologiques et philosophiques, par ailleurs passionnantes. Mais j’analyse la construction d’une illégitimité patrimoniale par les instances publiques et privées dans le cadre d’une série de pratiques concrètes issues de l’urbanisme, d’un ensemble d’ingrédients constitutifs d’une politique urbaine néolibérale1.

 

Localisation des maisons – Fond de carte © IGN Image aérienne

Maisons vouées à la démolition © Crédit photo : François Rochon

Les dommages collatéraux de la politique d’urbanisme

La ville de Rochefort va prochainement engager la destruction de six maisons, du 25 au 35 de la rue Pasteur2. Cette rue autrefois faubourienne, partant des remparts de la ville jusqu’au cimetière principal, est désormais très intégrée dans le tissu urbain central. Elle est représentative des formes et des paysages que l’on retrouve dans les anciens faubourgs rochefortais. Dans ces espaces anciennement périphériques, les premières rues se développent dès le XVIIIe siècle. Elles sont aménagées en suivant le découpage des parcelles agricoles. Les plans de la ville de cette période indiquent une structuration de jardins en cœur d’îlots, prémices de l’armature urbaine actuelle. Effectivement, la rue Pasteur donne à voir l’organisation de plusieurs ensembles urbains rochefortais, composés de maisons basses en bande, c’est-à-dire des maisons individuelles, alignées sur rue, mitoyennes, bâties sur une parcelle allongée, laquelle présente un jardin. Contrairement à d’autres villes ou quartiers, ces maisons rochefortaises ne sont pas tout à fait identiques, elles forment toutefois une certaine homogénéité dans le paysage urbain.

Plan de Rochefort au XVIIe siècle – archives de la Marine de Vincennes (source)

Les maisons de la rue Pasteur voient ainsi leur destin scellé par la politique d’aménagement de la municipalité rochefortaise. Leur démolition est un dommage collatéral de la stratégie de revalorisation de l’hôpital de la Marine, dont le chemin de ronde est adjacent aux limites parcellaires des maisons. Dans ce contexte urbain enchevêtré, les urbanistes en charge du projet ont pour objectif de percer une nouvelle voie reliant la rue Pasteur au site hospitalier reconverti. D’une superficie de plus de 7 hectares, localisé dans le centre ville, cet immense site est composé de bâtiments et de jardins. Construit à la fin du XVIIIe siècle et inscrit au titre des monuments historiques, il représente un enjeu stratégique pour la collectivité, puisque la fonction hospitalière n’y est plus exercée depuis 19833. Malgré un rachat par la société immobilière Egete en 1989, l’hôpital ne trouve pas de réaffectation pérenne et d’envergure. Seul le pavillon sud ouest devient le musée national de l’Ancienne École de médecine navale et le pavillon sud est aménagé en appartements. Une multitude de projets de reconversion ont échoué depuis ces trente dernières années :

« Au moins six projets ont vu le jour pour l’hôpital de la Marine : un projet de centre de séminaire en 1991 (Roger Taillibert architecte), un projet partiel de centre international de la communication en 1993 (Delebecque architecte), le réaménagement intérieur à usage de logements et de bureaux en 1998 (Cavalier architecte), un projet de réhabilitation en résidence de tourisme en 2012 (Gonfreville – Dumet – Vaulet architectes), un avant-projet de restauration, aménagement et extension en centre de balnéothérapie en 2014 (Thierry Algrin ACMH). Certains de ces projets ont été jusqu’au stade du permis de construire, deux au moins l’ont obtenu sans que la reconversion de l’ensemble monumental ne démarre jamais vraiment. L’opération immobilière semble titanesque pour bien des investisseurs. »

Jean Richer Lionel Mottin, « L’avenir incertain de l’Hôpital de la Marine de Rochefort », Pierre d’angle. Le Magazine de l’ANABF, juin 2016.

Puis, en 2015, le projet de déménagement des thermes de la ville sur le site de l’hôpital de la Marine voit le jour. Il prévoit de positionner l’équipement thermal au cœur de l’enceinte, et de reconvertir le bâtiment principal de l’hôpital en un hôtel pour les touristes usagers des thermes et en une résidence pour les curistes. Mais dans un climat politique tendu et une série de contentieux, le projet est finalement abandonné en 2019, aucune chaîne thermale ne souhaitant y prendre part. Les incertitudes de la programmation urbaine et architecturale des immeubles alentours et des délais de la reconversion, ainsi que la supposée faible accessibilité du site sont parmi les raisons invoquées par les entreprises réfractaires4.

D’autres projets, certes moins ambitieux et originaux, semblent néanmoins prendre corps dans une partie de l’enceinte de l’hôpital. À l’instar de nombreux monuments historiques hospitaliers et même pénitentiaires situés dans les centres villes français, la reconversion du site devrait (l’emploi du conditionnel est de rigueur) être liée à l’hôtellerie et au para-hôtelier de standing. On parle même d’un casino. De nouveaux bâtiments devraient accueillir une résidence haut de gamme pour seniors, des logements ou encore des locaux d’activité5.

La logique néolibérale de la politique d’urbanisme

Le marketing territorial développé par la ville de Rochefort s’appuie notamment sur la présence de grands édifices patrimoniaux considérés comme remarquables. À La Corderie Royale, s’ajoutent la Poudrière, la Porte du Soleil, mais aussi plusieurs hôtels particuliers. L’hôpital de la Marine détient, dans ce contexte, un rôle particulier puisqu’il représente une pièce maîtresse de la ville dans sa politique de valorisation patrimoniale. Les différents projets de reconversion illustrent une logique néolibérale de développement urbain, laquelle se définit par un ensemble de pratiques concrètes et discursives qu’il est souhaitable d’analyser.

1 – Comme le montre le modèle de la ville néolibérale, l’intention qui sous-tend le projet est l’implantation d’activités susceptibles d’attirer des investisseurs, des touristes, des usagers, des consommateurs et des habitants à fort pouvoir d’achat (hôtel et résidence de standing, activités liées au thermalisme, etc.). Cette stratégie répond d’abord à un objectif de positionnement dans le concert des villes thermales françaises, puisque le réaménagement des thermes dans le site de l’hôpital de la Marine aurait permis d’augmenter sensiblement le nombre de curistes annuel. Elle est aussi, du point de vue de l’attractivité touristique, de tenir son rang dans un département très actif dans ce domaine. Dans une logique de concurrence départementale, elle est enfin liée une volonté de pallier la relative pénurie de logements à La Rochelle, le dernier projet prévoyant de développer cette fonction urbaine.

2 – Cette logique néolibérale de compétitivité et d’attractivité se déploie très concrètement dans les façons de faire de l’urbanisme. Le cas rochefortais prouve d’ailleurs que le modèle en question ne concerne pas seulement les grandes métropoles et qu’il s’organise par de nombreux dispositifs, comme notamment : a – des doctrines professionnelles peu contestables comme la reconversion d’un site historique délaissé, l’optimisation de l’opportunité foncière qu’il représente, la lutte contre la dégradation et vacance, l’intégration harmonieuse du site dans le tissu urbain, l’introduction d’une dose de mixité fonctionnelle et sociale, etc. ; b – un entêtement à la gouvernance par projets – qui pourtant semble être bien peu adaptée au cas rochefortais au vu des nombreux échecs essuyés – assortie de mobilisations successives par les institutions publiques de procédures de mise en concurrence ; c – des interventions de ces mêmes acteurs publics pour faciliter des projets privés, par des politiques foncières (achat de terrains, vente à bas prix, etc.), des réglements d’urbanisme etc.

3 – Cette régulation publique mettant à l’honneur la reconversion de l’hôpital de la Marine au détriment des maisons de la rue Pasteur est inscrite dans le dernier Plan local d’urbanisme, en date de février 20206, et en particulier dans ses orientations d’aménagement et de programmation (OAP). Signe de l’importance stratégique de l’hôpital dans la politique d’urbanisme de la ville, la première de ces OAP prévoit la création de la fameuse « Cité thermale » au sein de l’enceinte du monument – ce projet ayant échoué en 2021, preuve est faite que la planification ne fait pas tout7. En lien direct avec cette première opération, la deuxième OAP prévoit la destruction des maisons de la rue Pasteur « L’urbanisation du site s’inscrit dans la perspective de reconquête de l’ancien hôpital de la Marine sur lequel une opération dense et diversifiée est projetée. Elle prévoit également le prolongement de la rue de l’Amiral Meyer sur la rue Pasteur ce qui permettra de désenclaver le secteur8. » Pour « refaire la ville sur elle-même », reconquête et désenclavement entraîne une série de démolitions.

4 – De façon plus précise encore, le projet d’urbanisme prévoit la construction de 30 à 50 logements et n’est pas tout à fait dénué de vision patrimoniale : « Dans la partie sud de l’opération, le long du prolongement de la rue de l’amiral Meyer vers la rue Pasteur, les constructions doivent présenter des caractéristiques urbaines plus proches de la typologie urbaine des «faubourgs », présente sur la rue Pasteur9. » Un espace vert est prévu en lieu et place des jardins individuels des propriétaires actuels, ce qui n’est pas forcément judicieux en termes de préservation de la biodiversité. De nombreux travaux montrent l’importance écologique des modes de jardinage privés, à la différence des parcs publics aux impératifs sanitaires et sécuritaires souvent incompatibles à l’épanouissement de la faune et de la flore10.

5 – Les incertitudes du projet de reconversion de l’hôpital de la Marine n’empêchent pas la municipalité de mobiliser, depuis plusieurs années, d’autres dispositifs d’urbanisme. La collectivité fait en effet l’acquisition de ces maisons situées dans un lieu qu’elle considère comme stratégique. Grâce à son droit de préemption, elle avait effectivement la possibilité d’acquérir ces biens en priorité lors de leur vente. Depuis lors, les maisons non habitées, calfeutrées contre les intrusions et souvent décrépies par l’inoccupation, tranchent avec l’entretien et la rénovation cossus de nombreuses habitations de la rue.

Perspectives : néolibéralisme et patrimoine illégitime

La vision néolibérale conduit à considérer des monuments urbains, mais aussi des formes de culture immatérielle, comme des ressources économiques. Si bien que la fabrique de patrimoines, par la labellisation institutionnelle, le marketing politique ou les projets de réhabilitation, devient un enjeu majeur pour les villes dans un contexte de compétition accrue11. Reste à savoir quels artefacts matériels sont susceptibles de faire l’objet d’une valorisation patrimoniale. Le néolibéralisme réinterroge parfois les formes de cette création de valeur, par exemple lors de politiques d’aménagement temporaires notamment. En un sens, dans le cas rochefortais, cette fabrique reste traditionnelle dans la mesure où la monumentalité est particulièrement appréciée. Mais de façon plus originale, elle tente de s’adosser à une logique de flux. Flux de touristes, flux de curistes et de services marchands associés.

Force est de constater que la logique néolibérale de ce projet d’urbanisme n’a que faire d’un patrimoine faubourien dont la transformation en ressource économique est, naturellement, plus qu’hasardeuse. La pratique de l’urbanisme s’inscrit dans ce cadre cognitif, elle traduit ce principe idéologique en principes techniques et réglementaires : créer des perspectives, des espaces d’aération arborés, encourager la fluidité des mobilités, etc. Pourtant, ironie du sort, à ce caractère hasardeux de la patrimonialisation faubourienne répondent les échecs répétés et l’incertitude chronique de la reconversion de l’hôpital. De fait, quoi qu’il en coûte, la monumentalité rochefortaise gouverne tout à fait la vie quotidienne des petites maisons faubouriennes. Le deuxième article présentera une méthode originale, largement basée sur une approche artistique, permettant de donner une valeur sensible à ce patrimoine plus discret.

 


Mise à jour (le 2 février 2022) : depuis la parution de cet article, le journal Sud Ouest nous informe qu’une partie de l’hôpital de la Marine doit être vendu au groupe François 1er, spécialisé dans la restauration immobilière des Monuments historiques. De quoi, peut-être, relancer un projet de reconversion de l’ensemble hospitalier.


 

  1. D’après le cadre analytique de Gilles Pinson, La ville néolibérale, Paris, PUF, 2020, 160 pages. Voir la note de lecture de Karl Berthelot. []
  2. David Briand, « Rochefort : la Ville veut démolir six maisons », Sud Ouest, 6 janvier 2021 []
  3. Rochefort a depuis connu plusieurs phases de réorganisation de ses établissements hospitaliers []
  4. David Briand, « Les thermes n’iront pas dans l’Hôpital de la Marine », Sud Ouest, 9 juillet 2019 []
  5. David Briand, « Hôpital de la marine : le propriétaire se manifeste », Sud Ouest, 15 janvier 2021. []
  6. Voir ici le PLU rochefortais []
  7. Voir ici les OAP du PLU de Rochefort []
  8. Orientations d’aménagement et de programmation du PLU de Rochefort, février 2020, p. 26. []
  9. Orientations d’aménagement et de programmation du PLU de Rochefort, février 2020, p. 29. []
  10. Voir par exemple Mathilde Riboulot-Chetrit, Les habitants et leur jardin. Relations au vivant, pratiques de jardinage et biodiversité au coeur de l’agglomération parisienne, thèse de doctorat de géographie, Université Paris 1, septembre 2016. []
  11. Vincent Veschambre, « La fabrique urbaine des patrimoines : nouvelles formes, nouveaux enjeux ? », Métropolitiques, 10 juin 2015. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Jérôme Rollin (20 janvier 2022). Rochefort et ses démolitions faubouriennes. Dédale urbain. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nhjm


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search