Catégories
Alternatives Essais

Le pouvoir de l’urbanisme

 

Depuis le tournant du XXIe siècle, l’urbanisme connaît une augmentation exponentielle de métiers, de méthodes, d’outils, de procédures, d’objets et constructions matériels très variés. Ces éléments, plus ou moins palpables, s’ajoutent aux dispositifs antérieurs institutionnalisés par l’histoire de cette discipline née au début du XXe siècle, le tout formant un conglomérat très hétérogène. Le propos est ici d’interroger le caractère disciplinaire de cette pratique sociale, d’appréhender sa diffusion dans le corps social, ses impacts sur les comportements, ses facultés à orienter les attitudes, à forger des habitudes largement consenties ou non.

Cet objectif impose de définir la pratique urbanistique, de montrer qu’elle ne se limite pas à la construction proprement dite de logements ou d’équipements, mais qu’elle a le pouvoir de s’immiscer très concrètement dans la vie quotidienne des individus. Cet objectif est aussi poursuivi en mobilisant, et en les actualisant au vu des évolutions récentes de l’urbanisme, certains concepts de l’œuvre de Michel Foucault.

L’urbanisme comme dispositif de pouvoir

Mon approche est essentiellement pragmatique. Elle interroge les effets des pratiques d’urbanisme, qu’elles soient de l’ordre du discours ou de la transformation concrète des villes, sur les individus. Elle considère des situations toujours incarnées par la présence d’habitants, d’instances institutionnelles, économiques, ou encore associatives. Elle s’attarde autant sur le pouvoir de l’organisation spatiale urbaine à l’instar de Lewis Mumford, Henri Lefebvre ou Guy Debord1, que sur celui des entrelacements, agencements, configurations de normes réglementaires et techniques, de mots d’ordre successifs, d’équipements et de services parfois improbables, d’injonctions parfois contradictoires, de prises de position morales et scientifiques ou encore de protagonistes aux compétences toujours plus variées.

Ces entrelacements, agencements, configurations se rapprochent du concept de dispositif de Michel Foucault : ils constituent des ensembles d’éléments hétérogènes, discursifs ou concrets, constitués en réseau ; ils développent une fonction stratégique et s’inscrivent dans des relations de pouvoir, dans des rapports de force ; ils procèdent d’une formation historique singulière, d’une apparition comme instrument de pouvoir2. En matière d’urbanisme, ils sont portés par des buts explicites consistant souvent en une réponse à des besoins (les soins, l’éducation, le logement, etc.) mais correspondent aussi, de façon sous-jacente, à des mécanismes d’orientation des comportements, de contrôle des corps.

À la suite de Foucault, Giorgio Agamben actualise le concept de dispositif au regard des évolutions du capitalisme3. Selon lui, les dispositifs ne suivent plus une logique majoritairement carcérale ou de pouvoir. Ils sont désormais une économie, au sens d’un « ensemble de praxis, de savoirs, de mesures, d’institutions dont le but est de gérer, de gouverner, de contrôler et d’orienter – en un sens qui se veut utile – les comportements, les gestes et les pensées des hommes4. » (et des femmes…).

Correspondant à cette évolution, l’urbanisme actuel voit surgir des instances et structures inédites (start-ups, groupe industriel spécialisé dans l’informatique, etc.), des méthodes en vogue (co-conception, co-construction, design, etc.), des procédures et intitulés militaires et stratégiques (urbanisme tactique et agile), ou encore de nombreux objets (capteurs et technologies de communication, mobilier urbain connecté, smart grids, etc.). Dès lors, l’orientation des comportements et des attitudes est rendue aujourd’hui particulièrement efficace.

L’urbanisme dans le corps social

Je définis l’urbanisme comme une activité de mise en œuvre de techniques, de règles, de principes disciplinaires, de stratégies territoriales ayant pour particularité de se dérouler dans un cadre collectif composé d’acteurs professionnels ou non et d’avoir pour finalité la transformation concrète de l’espace5. La pratique de l’urbanisme peut donc prendre une forme matérielle (comme les métiers de la construction) ou discursive (par exemple les métiers d’étude et de cartographie). Bien au-delà des grands projets vitrines du marketing territorial, elle peut se tenir dans tous les espaces géographiques, des plus métropolitains aux plus ruraux.

En réalité, pour avoir un impact sur la vie quotidienne des individus, l’urbanisme ne nécessite pas des moyens financiers et humains importants, ni même une disponibilité foncière d’envergure. Par une accumulation historique de dispositifs et d’objets urbains, il s’est immiscé partout : le plan cadastral, en fixant la propriété foncière, oriente les opérations d’urbanisme ; le code de l’urbanisme dresse une multitude de règles et de procédures touchant l’ensemble des territoires ; les politiques sectorielles permettent aux urbanistes d’asseoir leur influence dans bien des domaines (transporter et organiser les mobilités, loger et aménager les espaces publics, approvisionner en eau et en alimentation, traiter les eaux usées et les déchets, etc.), les paysages urbains s’étendent souvent de façon répétitive (nouveaux quartiers de centre ville, lotissements, zones commerciales, etc.), se renouvellent et sont ponctués de nouveaux objets tels que la panoplie croissante du mobilier urbain et autres équipements collectifs.

Le déploiement de l’urbanisme dans le corps social s’effectue ainsi par une combinaison de composantes telles que des institutions et des procédures administratives, des documents réglementaires rédigés ou dessinés, des panoplies publicitaires de promotion territoriale, des objets bâtis et des infrastructures, des normes techniques, des doctrines professionnelles, des débats politiques et théoriques, ou encore des travaux d’étude et de recherche en sciences sociales. Lequel agencement, toujours réticulaire, se constitue et se déploie sur les territoires dans des contextes historiques particuliers.

Parmi bien d’autres, ces exemples montrent la vigueur depuis les années 2000-2010, des pratiques urbanistiques comme instruments de ciblage des corps.

Cet urbanisme-discipline prend une ampleur particulière depuis les vingt dernières années6. Il fait la part belle à la prise en compte et à l’orientation des usages, c’est-à-dire à la façon dont les individus utilisent l’espace, les équipements les aménagements, à leur manière de s’y comporter. Il donne une autorité à des méthodes comme le Design Thinking, dont les spécialistes sont chargés d’intervenir dans l’espace urbain afin d’en garantir le bon usage par les habitants, mais aussi de faciliter et fluidifier le déroulement des politiques publiques7. Cet urbanisme-discipline tend à supprimer toute liberté dans l’occupation des espaces publics et privés grâce à ses installations temporaires aux formes variées (fonction ludique saisonnière dans l’espace public comme Paris Plages, occupation d’espaces vacants avant la réalisation de travaux partout en France, etc.). Parmi bien d’autres – et notamment celui du numérique, ces exemples montrent la vigueur depuis les années 2000-2010, des pratiques urbanistiques comme instruments de ciblage des corps.

Sous l’effet d’un retrait de l’État et d’un affaiblissement de ses dotations aux collectivités locales, le rôle des institutions publiques connaît de profondes recompositions en matière d’urbanisme8, marquées notamment par une dynamique d’éclatement : les compétences et les ressources se dispersent dans une multitude d’institutions aux échelles d’action différentes. De la même façon, les acteurs économiques se diversifient au-delà de la construction et de la promotion immobilière avec l’avènement de structures porteuses de nouvelles pratiques et thématiques (numérique, innovation urbaine, agriculture urbaine, etc.).

Au sein de la « société civile », certaines associations peuvent prendre part à des projets urbains pour faire valoir leur expertise (associations environnementales, spécialistes du logement, de l’exclusion, etc.) ; de même, des habitants se mobilisent parfois dans le cadre d’activités participatives portées par des professionnels du domaine ou de procédures de concertation officielles. Enfin, un urbanisme informel, parfois appelé un « urbanisme sans urbanisme »9 dans la mesure où il est constitué d’initiatives habitantes de construction, est présent dans certains contextes géographiques. Considérés indépendamment, les protagonistes cités sont par définition insuffisants pour la mise en œuvre de pratiques urbanistiques. Ils sont au contraire pris dans une somme de rapports de force au sein desquels l’État n’est pas toujours présent.

L’urbanisme comme vecteur de normalisation

L’urbanisme crée des catégories d’action et de pensée qui tendent à normaliser les façons d’appréhender l’espace, de classifier les phénomènes sociaux, de faciliter les politiques publiques10.

1 – Pour analyser les situations, l’urbanisme mobilise la méthode des diagnostics territoriaux structurés le plus souvent autour d’une grille prédéterminée (la démographie, les formes urbaines, le patrimoine bâti et naturel, les infrastructures, les équipements, etc.)11 ; pour se projeter dans l’aménagement des villes, il détermine des fonctions préétablies censées participer à l’équilibre du territoire et, par extension, au bien-être des personnes qui y habitent (se loger, travailler, se récréer, se déplacer, etc.) ; pour agir, il s’organise autour de secteurs d’activité souvent cloisonnés (logement, transport, environnement, etc.) et se structure surtout par rapport aux différentes phases de la fabrication de la ville (la planification, la programmation, la conception, la gestion, etc.) ; pour penser, il génère et s’appuie sur un ensemble de concepts et de mots d’ordre, à savoir l’urbanité, la densité, la proximité, la centralité, la mobilité, l’accessibilité, la mixité, la diversité, etc. Ces listes ne sont pas exhaustives, mais elles n’en demeurent pas moins révélatrices du réflexe de catégorisation de l’urbanisme.

2 – Cette catégorisation, et la normalisation qui en découle, prend corps à partir d’un vaste ensemble de discours et de pratiques issus des mondes professionnel (chartes, guides, documents thématiques d’expertise ou de vulgarisation, supports médiatiques relatant les activités ou « références » d’agences d’urbanisme, d’architecture, de participation, de programmation urbaine, de bureaux d’études, etc.), institutionnel (activité législative et réglementaire, appels d’offres sollicitant des candidatures pour mener à bien des recherches ou réaliser des projets sur un territoire donné), académique (publications, rapports, colloques, etc.), journalistique (articles de revues non spécialisées ou de la presse locale, reportages dans des médias nationaux dans de rares cas). Elle se met en œuvre lors de procédures : par exemple, les projets d’aménagement s’accompagnent d’opérations de communication, médiatiques et publicitaires qui ont pour objectif de « mettre en récit » le futur quartier afin d’attirer de nouveaux arrivants.

3 – À l’origine et en soutien de cette normalisation, les organisations dites représentatives du monde professionnel de l’urbanisme, c’est-à-dire les associations professionnelles historiques et les organismes de certification de compétences et de diplômes, ont engendré le processus de sectorisation suivant une division sociale du travail. De là, sont bornés, normalisés, formalisés les métiers de la production de connaissances, de la planification urbaine, de l’aménagement urbain – c’est-à-dire de projets urbains, de la gestion urbaine (réseaux, patrimoine, animation urbaine), des politiques urbaines. Les activités des institutions compétentes en matière d’urbanisme sont généralement calquées sur ces secteurs d’action même si certaines adoptent un positionnement original, davantage territorial que sectoriel. Mais, la plupart du temps, les urbanistes peuvent tout à fait travailler dans différents services des collectivités, produire des objets et des dispositifs très variés et ne jamais se rencontrer. Cet éclatement encourage fortement le processus de sectorisation.

4 – La recherche académique renforce cette normalisation en institutionnalisant les liens avec le monde de la pratique. Depuis 1984, l’Association pour la Promotion de l’Enseignement et de la Recherche en Aménagement et Urbanisme12 labellise les diplômes dont de nombreux urbanistes sont issus. Des évaluateurs universitaires et professionnels sont chargés d’auditer les diplômes francophones en fonction d’une « Charte de qualité ». Le processus établit les contours de l’enseignement en exigeant la mise en place de dispositifs de professionnalisation. Ce faisant, l’association, qui participe aussi à la valorisation de la recherche, adopte une position proche de celle du Conseil national des universités, lequel a pour vocation de sélectionner les prétendants aux postes d’enseignant-chercheur et donne des précisions sur la nature de la discipline urbanistique académique : « L’APERAU partage une conception de la recherche proche de l’action collective et attentive aux attentes des praticiens. Cette recherche se doit de proposer une connaissance scientifique rigoureuse qui puisse être mobilisable dans et pour l’urbanisme et l’aménagement, ainsi que des outils d’aide à la décision, au pilotage et à l’évaluation des pratiques professionnelles et de l’action collective13. »

En s’alignant sur les attentes des praticiens, ce positionnement académique favorise la cristallisation d’une dimension normative de l’urbanisme.

Perspectives

Ce carnet de recherche a donc pour but de donner à voir l’omniprésence discrète des dispositifs de pouvoir de l’urbanisme. Un dédale complexe dans lequel il faut s’engager puisqu’il est susceptible d’engendrer des formes d’aliénation de l’individu, d’orienter les comportements et les attitudes corporelles. Ce carnet veut participer à lever le voile sur ces dispositifs qui nous enchaînent et, par suite, souhaite réfléchir à un urbanisme susceptible de participer à des formes de vie plus autonomes14. Une perspective émancipatrice, une réappropriation de la vie quotidienne inscrite dans l’espace15.

1 – La force des dispositifs de pouvoir réside dans leur multiplication, dans leur faible visibilité et dans leur illisibilité. Il semble important d’informer sur les procédures menées, sur les logiques défendues, sur les enjeux territoriaux, sur les « bonnes pratiques » et le « prêt-à-penser » de l’urbanisme actuel. Le carnet a donc pour objectif d’apporter du contenu pédagogique à travers les enquêtes menées, les lectures réalisées, les essais rédigés et toutes les formes possibles de contenus.

2 – Les professionnels de l’urbanisme, dans le monde opérationnel et dans celui de la recherche, ont développé, accumulé, affirmé des méthodes de travail et des cadres cognitifs. Il est nécessaire de critiquer ces lignes de conduites et ces formules faisant autorité, d’imaginer et de créer de nouvelles méthodologies, de solliciter d’autres disciplines « hors champ », de mobiliser des savoirs non professionnels. En somme, de rechercher, sans les graver dans le marbre, des façons de lire et de s’extraire des dispositifs de pouvoir.

3 – Un urbanisme critique analyse et prend le contre-pied du réseau des dispositifs actuels, notamment quant à leurs effets concrets sur le monde social et sur le corps des individus. Peu de pratiques urbanistiques prennent en compte ces conséquences contraignantes et normatives, pourtant centrales16. Pourtant, la quête de liberté et d’émancipation doit emprunter ce parcours.

4 – Pour finir, il faut souligner l’intérêt de la mobilisation d’exemples inspirants, qu’il s’agisse de travaux intellectuels ou de pratiques concrètes. Il ne s’agit pas de tomber dans la constitution de nouveaux arguments d’autorité, de nouveaux modèles à instaurer, mais bien de mettre en lumière des perspectives, voire de générer des associations entre personnes sollicitées, lecteurs-trices, etc.

Cette liste d’objectifs n’est ni exhaustive, ni définitive. Toujours variable, elle n’est pas figée dans le temps. Elle est amenée à s’enrichir au gré des contributions à ce carnet.


Image de tête : © Crédit photo : Michel Rollin

  1. Bertrand Cochard, « L’espace urbain, un dispositif de la modernité ? », Sens public, 2017. []
  2. Selon Michel Foucault, le dispositif est « un ensemble résolument hétérogène comportant des discours, des institutions, des aménagements architecturaux, des décisions réglementaires, des lois, des mesures administratives, des énoncés scientifiques, des propositions philosophiques, morales, philanthropiques, bref : du dit aussi bien que du non-dit, voila les éléments du dispositif. Le dispositif lui-même c’est le réseau qu’on établit entre ces éléments (…) Par dispositif, j’entends une sorte – disons – de formation qui à un moment donné a eu pour fonction majeure de répondre à une urgence. Le dispositif a donc une fonction stratégique dominante… J’ai dit que le dispositif était de nature essentiellement stratégique, ce qui suppose qu’il s’agit là d’une certaine manipulation de rapports de force, d’une intervention rationnelle et concertée dans ces rapports de force, soit pour les développer dans telle direction, soit pour les bloquer, ou pour les stabiliser, les utiliser. Le dispositif donc est toujours inscrit dans un jeu de pouvoir, mais toujours lié aussi à une ou a des bornes de savoir, qui en naissent, mais, tout autant, le conditionnent. C’est ça le dispositif : des stratégies de rapports de force supportant des types de savoir, et supportés par eux ». Michel Foucault, Dits et écrits (1954-1988), tome 3 : 1976-1979, Gallimard, Paris, p. 299-300. []
  3. Giorgio Agamben, Qu’est-ce qu’un dispositif ?, Éditions Payot et Rivages, Paris, 2014, 50 pages. []
  4. Giorgio Agamben, Qu’est-ce qu’un dispositif ?, Éditions Payot et Rivages, Paris, 2014, p. 28. []
  5. Nadia Arab, « Pour une théorie du projet en urbanisme », Revue européenne des sciences sociales, 56-1 | 2018, p. 219-240. []
  6. Plusieurs auteurs de la recherche urbaine évoquent aussi cette rupture temporelle qui voit apparaître des transformations de l’action urbaine (nouveaux enjeux, méthodes, injonctions, etc.). Par exemple : Maxime Huré et al., (Re)penser les politiques urbaines. Retour sur vingt ans d’action publiques dans les villes françaises (1995-2015), PUCA, Paris, 341 pages ; Jean-Marc Offner, Anachronismes urbains, Paris, Presses de SciencePo, 2020, 194 pages ; Nadia Arab et Elsa Vivant, « L’innovation de méthodes en urbanisme : freins et leviers d’une entreprise incertaine », Les Cahiers de la recherche architecturale urbaine et paysagère [En ligne], 1 | 2018. []
  7. L’une des figures de proue de ces structures intervenant auprès des institutions est la 27ème Région, laquelle « inspire et invente les services, les administrations et les modes d’action publics de demain. C’est un laboratoire de transformation publique, constitué en association indépendante, qui propose un espace pluridisciplinaire, réflexif et expérimental pour construire les futurs souhaitables de l’action publique ». []
  8. Maxime Huré et al., (Re)penser les politiques urbaines. Retour sur vingt ans d’action publiques dans les villes françaises (1995-2015), PUCA, Paris, 341 pages. []
  9. Pour évoquer notamment l’urbanisme dit « informel ». []
  10. À propos des processus de catégorisation et de leurs effets : Éric Chauvier, Anthropologie de l’ordinaire. Une conversion du regard, Anacharsis Éditions, Toulouse, 2017, 206 pages. Voir la note de lecture de Laurent Di Filippo []
  11. Sur les origines du diagnostic territorial : Yankel Fijalkow, Récits de la ville malade. Essai de sociologie urbaine, Créaphis Éditions, Grâce, 2021. []
  12. 24 institutions françaises sont membres de l’APERAU en 2021. []
  13. Site Internet de l’APERAU, consulté le 29 décembre 2021 []
  14. Selon le philosophe Simon Lemoine, il s’agirait ainsi de forger une science des dispositifs. Simon Lemoine, 2015, « Un dispositif foucaldien emblématique : le supermarché », iPhilo. []
  15. Certaines de ces perspectives doivent beaucoup au travail d’Anne Archet. []
  16. Il faut bien souvent se tourner vers d’autres champs académiques comme la géographie ou la sociologie pour voir étudiés les rapports des groupes sociaux au territoire (sur les pratiques urbaines, les représentations des territoires, les dynamiques de gentrification ou de périurbanisation, etc.). []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Jérôme Rollin (11 janvier 2022). Le pouvoir de l’urbanisme. Dédale urbain. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nhjl


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search