Catégories
Repères

Une brève histoire des grands ensembles et de la rénovation urbaine

Chronique 2 – Repères

Par Émilie Balteau

À l’instar des politiques de la ville qui l’ont précédée, la rénovation urbaine contemporaine s’inscrit dans l’histoire de la construction et de l’évolution des grands ensembles qui participent largement de sa géographie prioritaire. Tout comme ces prédécesseures, elle s’ancre d’ailleurs dans une interprétation spatiale des problèmes sociaux.

La construction des grands ensembles

De manière générique, la rénovation urbaine peut se définir comme « une politique de démolition d’îlots ou de quartiers anciens, et d’édification, en lieu et place, de nouveaux bâtiments1. » Schématiquement, deux grands épisodes de rénovation urbaine précèdent le programme actuel. Le premier a lieu à Paris sous le Second Empire avec les grands travaux haussmanniens : entre 1852 et 1870, des grands axes de circulation sont percés, atour desquels viennent s’aligner des immeubles à l’architecture homogène (immeubles dits haussmanniens) et de nouvelles infrastructures, tandis que les démolitions que ces grands travaux imposent repoussent les activités industrielles et le peuple parisien vers les faubourgs du nord et de l’est de la capitale2. Le second grand épisode de rénovation urbaine est celui des années 1950 – 1970, qui donnera naissance à la plupart des quartiers aujourd’hui qualifiés de « sensibles » visés par le programme national de rénovation urbaine, et qui retiendra donc ici notre attention.

La croissance économique et l’extension démographique des villes qui caractérisent les Trente Glorieuses nécessitent la construction massive et rapide de logements bon marché3. Combinée à la rénovation urbaine des centres anciens, la politique d’édification des grands ensembles mise en place par l’État permet de répondre à cette demande urgente : 195 « zones urbaines » (les ZUP, zones à urbaniser en priorité, apparues en 1957) seront construites entre 1958 et 1973 en périphérie des villes, qui concentrent plus de 2 millions de logements sociaux4.

La construction des grands ensembles répond également à une ambition modernisatrice de l’État, à une volonté « d’adapter la ville aux temps modernes5. » Dans ce cadre, les principes de l’architecture moderne qui président à leur construction sont supposés les doter d’une capacité à transformer la société à travers le cadre bâti6. S’ils constituent d’abord une réponse pragmatique à des impératifs économiques et urbains, les nouveaux logements véhiculent donc également une utopie sociale : l’émergence d’une société égalitaire, « capable de surmonter les antagonismes sociaux de la société industrielle7. » Ce projet confère un rôle central à l’architecture et à la localisation des grands ensembles qui ne se limitent pas à organiser l’accueil et le rapprochement physique des classes sociales. Ainsi, l’homogénéité de l’espace (celle des façades notamment) est conçue pour ne renvoyer à aucune différence, et la localisation périphérique des quartiers est censée favoriser l’autonomie des quartiers et le développement d’un nouveau mode de vie. Plus généralement, « la doctrine urbanistique du grand ensemble peut ainsi se résumer par l’uniformité interne et l’autonomie vis-à-vis de l’extérieur8. » C’est précisément à ces deux éléments que s’attaque la rénovation urbaine actuelle qui inverse les termes de la proposition autour du principe de l’intégration par la banalisation urbaine9. Elle n’en reste pas moins sous-tendue par une même croyance dans les capacités de l’espace à transformer la société.

Évolution du peuplement et de l’image des grands ensembles

Initialement destinés à accueillir tous les groupes sociaux, les grands ensembles d’habitat social sont rapidement devenus des espaces d’accueil des classes populaires – en particulier les fractions précaires et/ou issues de l’immigration. Cette spécialisation, qui contribue à la dégradation symbolique de ces quartiers, résulte en grande partie des politiques du logement10. La rénovation urbaine des centres anciens y participe très tôt, en reportant vers l’habitat social périphérique les familles fragiles délogées, notamment dès 1961 dans les logements bas de gamme PSR (programmes sociaux de relogement)11. Parallèlement, la diversification de l’offre de logement et la promotion de l’accès à la propriété favorisent le départ vers le pavillonnaire des classes moyennes et des fractions stables des classes populaires, dans un contexte propice aux trajectoires résidentielles ascendantes (les décennies d’après-guerre)12.

Dans le même temps, les conditions de logements des immigrés se normalisent et bon nombre d’entre eux s’installent dans les grands ensembles qui voient se succéder plusieurs vagues de peuplement « [succession qui] témoigne, en même temps qu’elle la nourrit, de la rapide dégradation symbolique des grands ensembles13. » Depuis le milieu des années 1970, la crise économique et la rigidité croissante des filières de logement14 sont à leur tour venues accentuer cette dynamique de spécialisation des grands ensembles, amorcée à la fin de la décennie précédente en dépit de la réaction rapide des pouvoirs publics en vue d’y rétablir une certaine mixité.

C’est donc une « triple histoire »15 – l’histoire des politiques du logement, l’histoire économique et l’histoire de l’immigration – qui éclaire l’évolution du peuplement des grands ensembles et de leur image. Cette même histoire vient également expliquer le pendant de la dégradation symbolique du grand ensemble, à savoir la valorisation du pavillon (de la « petite maison »), ainsi que le clivage résidentiel qui s’opère entre ces deux formes de logement. On y retrouve aussi, assez logiquement, les facteurs qui précipitent le déclin des quartiers ouvriers comme communautés fortement structurées, ainsi que les facteurs qui renforcent le rôle de l’espace dans la constitution des groupes sociaux.

Arrêt de la construction et émergence des pratiques gestionnaires

Après avoir limité dès 1970 la proportion de logements sociaux destinés aux populations considérées les plus fragiles, les pouvoirs publics programment en 1973 l’arrêt des grands ensembles dans la circulaire du 21 mars relative aux « grands ensembles » (terme qui fait son apparition dans les textes législatifs et réglementaires) et à la lutte contre la ségrégation sociale par l’habitat, reprenant les critiques adressées à cette architecture – qui n’ont depuis cessé de gagner en intensité :

« L’homogénéité des types et des catégories de logements réalisés, la monotonie des formes et de l’architecture, la perte de la mesure humaine dans l’échelle des constructions ou des ensembles eux-mêmes, l’intervention d’un maître d’ouvrage, d’un architecte ou d’un organisme gestionnaire sur de trop grands ensembles ne favorisent pas une bonne intégration des quartiers nouveaux dans le site urbain ni celles des habitants. »

Circulaire du 21 mars 1973, citée par Renaud Epstein, La rénovation urbaine, Démolition-reconstruction de l’État, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2013, p. 12-13.

Passés de constructeurs à gestionnaires, les bailleurs sociaux ont quant à eux la charge d’héberger les immigrés et les familles précaires dont « la modestie des ressources économiques et (ou) les discriminations ethno-raciales dans le secteur privé constituent (…) de solides obstacles à l’accession à la propriété ou au secteur locatif libre16 ». La gestion qui leur incombe (entretien du parc, gestion financière et gestion sociale des relations) passe notamment par le peuplement qui s’institue comme enjeu majeur de la profession dans les années 1970 et 198017.

Ces politiques de peuplement se caractérisent par une ambiguïté importante : guidées par le principe (ancien) de mixité de la population, elles procèdent également de logiques pratiques discriminatoires (et informelles) dans l’attribution des logements18. Pour les organismes HLM, il s’agit en effet de préserver, au sein d’un patrimoine différencié et hiérarchisé, les secteurs valorisés. Corollaire à cela : les ménages immigrés et les plus précaires, perçus comme faisant peser des risques de dégradation (matérielle et sociale), sont concentrés dans les secteurs dévalorisés. « Aussi, le principe « anti-ségrégationniste » s’accompagne-t-il, de fait, de pratiques de microségrégation [entre des numéros de rue, des pâtés de bâtiments voire des cages d’escaliers]19. » Tel que mis en œuvre à Auxerre dans le cadre de la rénovation urbaine, le peuplement tend à réactualiser cette ambiguïté ; l’enquête conforte de ce point de vue les résultats existants sur la rénovation urbaine actuelle.

Peuplement, clarifications

« Dans son usage le plus courant, le terme de peuplement désigne un état, à savoir la composition et la répartition d’une population sur un territoire donné […] Le terme de « peuplement » peut également renvoyer – et c’est cette perspective que nous retiendrons – à une action (peupler), visant à modifier ou maintenir cette distribution, en fonction de certaines caractéristiques – sociales, ethniques, religieuses, sexuelles ou autres – réelles ou supposées des populations concernées. Le peuplement fait dès lors office de politique(s)20. » Associé à des situations historiques non assumées, le terme – qui avait presque disparu du vocabulaire officiel en France, « refait surface ces dix dernières années, notamment dans le champ des politiques urbaines et de l’habitat. » Pour autant, cette question [du peuplement] apparaît le plus souvent de manière indirecte (derrière d’autres notions comme celle de mixité sociale par exemple), et est rarement nommée publiquement. Les effets sociaux de la rénovation urbaine étudiés dans ce travail (à partir des rapports à l’espace des habitants) portent les traces des catégories que cette politique véhicule et des nouvelles « répartitions socio-spatiales » qu’elle construit – raison parmi d’autres pour laquelle il importe d’en dresser les contours aux échelles nationale et locale.

Les politiques de la ville et « la spatialisation des problèmes sociaux »

«La question de la pauvreté semble ne plus pouvoir se dire, se décrire et se discuter autrement que dans un registre spatial et à l’aide de catégories territoriales. »

Sylvie Tissot et Franck Poupeau, « La spatialisation des problèmes sociaux », Actes de la recherche en sciences sociales, 2005, n° 159, p. 4-9.

Le programme national de rénovation urbaine s’inscrit dans l’histoire des politiques de la ville et s’ancre dans leur interprétation spatiale des problèmes sociaux. Les politiques de la ville sont le résultat de la rencontre entre le champ médiatique, le champ intellectuel et le champ politique21. Cette « logique d’intervention de l’État22 », territoriale, émerge dans le contexte de la survenue des premières « émeutes » de la fin des années 1970, fortement médiatisées (les violences urbaines de l’été 1981 dans certains quartiers de l’agglomération lyonnaise font à cet égard office de date de naissance symbolique des politiques de la ville et du dit « problème » des banlieues). Du côté du monde intellectuel, s’élabore une grille de lecture spatiale (diffusée par la revue Esprit notamment) « qui s’impose rapidement chez les réformateurs qui participent à la mise en place des politiques de la ville23. »

Démolition de la première tour des Minguettes (Rhône) le 9 juin 1983 – Crédit photo : Le Progrès — BML

Selon cette conception, la cause désignée des problèmes sociaux est moins la pauvreté elle-même que la concentration de la pauvreté, et encore moins les inégalités sociales et les rapports de classe qui les fondent24. Quelle que soit la manière d’appréhender le problème – par la question de l’intégration, de la ségrégation ou de l’insécurité (qui dominent respectivement et successivement les débats depuis 1981), « aussi bien les médias que les chercheurs et les hommes politiques associent banlieue et exclusion25 », résume Cyprien Avenel :

«Il ressort une définition en trompe l’œil du monde des banlieues, caractérisé par une seule image, celle de la pauvreté et de la destruction sociale, reposant sur la population la plus « exclue » et orientant le discours sur la formation des ghettos. »

Cyprien Avenel, Sociologie des quartiers sensibles, Paris, Armand Colin, 2010, p. 11.

C’est dans le cadre de cette « spatialisation des problèmes sociaux » (qui définit d’emblée la question du peuplement comme question centrale) qu’émerge les « quartiers sensibles » comme catégorie de l’action publique21 – à laquelle contribuent les « émeutes » très médiatisées de Vaulx-en-Velin d’octobre 1990 et que le « Pacte de relance pour la ville » cristallisera en 1996 par la création des « zones urbaines sensibles » (ZUS). Ces dernières sont des entités administratives définies comme cible des politiques de la ville et caractérisées par « la présence de grands ensembles ou de quartiers d’habitat dégradé et par un déséquilibre accentué entre l’habitat et l’emploi [par les écarts qu’elles affichent avec le reste de l’agglomération à laquelle elles appartiennent] » (loi du 14 novembre 1996 relative au Pacte de relance). La France compte, en 201126, 751 zones urbaines sensibles (dont 717 en métropole) qui regroupent 4, 46 millions d’individus. Si les ZUS partagent le fait de concentrer les difficultés, elles présentent une grande diversité, tout comme d’ailleurs leurs habitants qui ne constituent pas un groupe homogène27.

La « territorialisation » de l’action publique dont témoignent les politiques de la ville des années 1980 et 1990 s’accompagne d’une « remise en cause des politiques sociales traditionnelles, centralisées et sectorisées28. » Les dispositifs élaborés dans ce cadre se caractérisent par une approche transversale et ascendante, deux traits principaux qui lui confèrent un troisième trait : sa grande diversité. Les politiques de la ville cherchent donc à agir sur les différentes dimensions de la vie quotidienne des populations :

«Parce que son champ d’application est multidimensionnel, la politique de la Ville recouvre une très grande diversité d’interventions portant à la fois sur la réhabilitation des logements et de l’urbanisme, l’action sociale et culturelle, l’école, l’emploi et l’insertion professionnelle, la prévention de la délinquance et la sécurité. »

Cyprien Avenel, Sociologie des quartiers sensibles, Paris, Armand Colin, 2010, p. 101.

Pour ce faire, elles s’appuient sur des instruments (le projet et le contrat) qui définissent une méthode d’ordre partenarial qui accorde une place importante au local : le pouvoir central « mettait en place les cadres procéduraux d’une politique territoriale partenariale, dont les objectifs et les programmes d’actions étaient librement définis par [les pouvoirs locaux]29. » Schématiquement, les multiples analyses, objectifs et actions que véhiculent les politiques de la ville successives recouvrent deux grandes stratégies qui coexistent en leur sein. D’un côté, on trouve une « stratégie communautarienne » centrée sur la reconnaissance et la valorisation de la population30, qui se traduit notamment dans l’animation sociale des quartiers (considérés comme moyens d’action) qui vise à y recréer du lien social (prétendument atomisé)31. De l’autre côté, on trouve une stratégie de remise à la norme des quartiers et de rééquilibrage des populations, centrée sur les enjeux de peuplement et sur l’action sur le bâti (et l’environnement urbain en général)32.

Bien que non exclusive l’une de l’autre, la seconde orientation (le « pôle bâti ») va progressivement prendre le pas sur la première et culminer avec la loi Borloo qui en fait un « objectif univoque » d’après l’expression de Renaud Epstein. Cette évolution est à mettre en lien avec le constat de l’inefficacité relative des pratiques d’attribution de logement (évoquées plus haut)33, mais aussi plus largement avec la multiplication des critiques adressées aux politiques de la ville auxquelles on reproche notamment leur « éclatement thématique et opérationnel » et leur allure de « catalogue de micro-actions » ne disposant pas des moyens nécessaires pour répondre aux enjeux qu’elles se sont fixés34. Si les politiques de la ville font d’emblée du peuplement un enjeu majeur (qui figure déjà dans les procédures Habitat et vie sociale de la fin des années 1970 considérées comme leurs « ancêtres »), on assiste donc à une montée en puissance de l’objectif de mixité sociale dont les leviers se transforment : pour modifier la répartition sociale de la population des quartiers, il s’agit de diversifier l’offre de logements par des opérations de transformation urbaine. Engagée dès le début des années 1990 avec les grands projets urbains (GPU), cette approche s’affirme à la fin des années 1990 avec le « renouvellement urbain » :

«Au nom de la mixité sociale, le tabou de la démolition dans les grands ensembles est levé, les destructions étant légitimées par les reconstructions de logements sociaux et une stratégie de restructuration urbaine des quartiers. Le terrain est ainsi préparé pour le programme de rénovation urbaine, lancé en 2003 […]. »

Pierre Gilbert, Les classes populaires à l’épreuve de la rénovation urbaine, Transformations spatiales et changement social dans une cité HLM, Thèse de sociologie et anthropologie, Université de Lyon, 2014, p. 101.

Dans ce contexte, la rénovation urbaine vient en quelque sorte sonner le glas d’une approche transversale et ascendante des politiques de la ville, à laquelle l’histoire avait déjà porté de nombreux coups. Elle s’inscrit cependant pleinement dans la spatialisation des problèmes sociaux qui avait accompagné leur naissance, qu’elle réaffirme avec force.

  1. Renaud Epstein, La rénovation urbaine, Démolition-reconstruction de l’Etat, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2013, p. 9. []
  2. Ibid. []
  3. Cyprien Avenel, Sociologie des quartiers sensibles, Paris, Armand Colin, 2010, p. 25. []
  4. Ibid., p. 26. []
  5. Renaud Epstein, La rénovation urbaine…, op. cit., p. 10. []
  6. Ces principes sont formalisés par Le Corbusier dans la charte d’Athènes de 1943 : Ibid., p. 91). []
  7. Ibid., p. 91. []
  8. Ibid., p. 93. []
  9. Un second grand principe, relatif au peuplement, définit la doctrine de la rénovation urbaine actuelle : la cohésion par la mixité sociale. Ce principe rejoint quant à lui l’idéologie qui accompagne la construction des grands ensembles autour des effets supposés de la mixité sociale, que Jean-Claude Chamboredon et Madeleine Lemaire avaient à l’époque déjà remis en cause dans leur article « Proximité spatiale et distance sociale » (1970). []
  10. Pierre Gilbert, Les classes populaires à l’épreuve de la rénovation urbaine, Transformations spatiales et changement social dans une cité HLM, Thèse de sociologie et anthropologie, Université de Lyon, 2014, p. 61. []
  11. Renaud Epstein, La rénovation urbaine…, op. cit., p. 11. []
  12. Pierre Gilbert, Les classes populaires…, op. cit., p. 45 et p. 67 ; Cyprien Avenel, Sociologie des quartiers sensibles…, op. cit., p. 26. []
  13. Pierre Gilbert, Les classes populaires…, op. cit., p. 62. []
  14. Ibid., p. 68. []
  15. Ibid., p. 61. []
  16. Ibid. p. 79. []
  17. Ibid., p. 100. []
  18. Cyprien Avenel, Sociologie des quartiers sensibles…, op. cit., p. 21-22 ; Pierre Gilbert, Les classes populaires…, op. cit., p. 79, p. 100-101 et p. 264. []
  19. Cyprien Avenel, Sociologie des quartiers sensibles…, op. cit., p. 21-22 []
  20. Fabien Desage, Christelle Morel Journel et Valérie Sala Pala (dir.), Le peuplement comme politiques, Rennes, PUR, 2014, p. 17. []
  21. Sylvie Tissot, L’État et les quartiers. Genèse d’une catégorie de l’action publique, Paris, Seuil, 2007. [] []
  22. Cyprien Avenel, Sociologie des quartiers sensibles…, op. cit., p. 100. []
  23. Pierre Gilbert, Les classes populaires…, op. cit., p. 97. []
  24. Jean-Pierre Garnier parle de « spatialisme » : « Le spatialisme postule un rapport causal direct entre formes spatiales et pratiques sociales, ce qui permet de transmuer des problèmes propres à un type de société en problèmes dus à certain type d’espace, comme si le « cadre de vie » produisait et, donc, expliquait en grande partie les manières (bonnes ou mauvaises) de vivre » (Jean-Pierre Garnier, Une violence éminemment contemporaine, Essais sur la ville, la petite bourgeoisie intellectuelle et l’effacement des classes populaires, Marseille, Éditions Agone, 2010, p. 17). []
  25. Je souligne []
  26. Les contours de la géographie prioritaire ont été redéfinis en 2015. []
  27. Fabien Desage, Christelle Morel Journel et Valérie Sala Pala (dir.), Le peuplement comme politiques, Rennes, PUR, 2014. []
  28. Cyprien Avenel, Sociologie des quartiers sensibles…, op. cit., p. 101. []
  29. Renaud Epstein, La rénovation urbaine…, op. cit., p. 116. Il importe toutefois de nuancer le tableau : avec l’institutionnalisation des politiques de la ville, la tendance bureaucratique de l’action publique – avec ses logiques sectorielles et technicistes, tend à son tour à redéployer les dispositifs sur un mode « vertical », quand ces derniers n’apparaissent pas franchement comme un moyen dissimulé d’accroître le contrôle de l’État (thèse que soutien notamment Gérard Chevalier dans sa Sociologie critique de la politique de la ville de 2005). []
  30. Ibid., p. 62. []
  31. Pierre Gilbert, Les classes populaires…, op. cit., p. 98. []
  32. Renaud Epstein, La rénovation urbaine…, op. cit., p. 62-63 ; Pierre Gilbert, Les classes populaires…, op. cit., p. 98. []
  33. Pierre Gilbert, Les classes populaires…, op. cit., p. 101. []
  34. Renaud Epstein, La rénovation urbaine…, op. cit., p. 68. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Émilie Balteau (29 mars 2022). Une brève histoire des grands ensembles et de la rénovation urbaine. Dédale urbain. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nhjr


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search