Catégories
Lectures

Urbanisme et consumérisme : des liens historiques

Article réalisé d’après une lecture du livre de Jeanne Guien : Le consumérisme à travers ses objets. Gobelets, vitrines, mouchoirs, smartphones et déodorants, Paris, Éditions divergences, 2021, 223 pages.

Jeanne Guien est chercheuse en philosophie. Ses travaux, à la fois académiques1 et diffusés par la pratique de l’auto-média2, portent sur le consumérisme, l’obsolescence et les déchets. Son livre Le consumérisme à travers ses objets a pour objectif de définir le consumérisme, d’expliquer les raisons de la surconsommation et d’en souligner les origines industrielles.

«Qu’est ce que le consumérisme ? Comment s’habitue-t-on à surconsommer, au point d’en oublier comment faire sans, comment on faisait avant, comment on fera après ? Pour répondre à ces questions, Jeanne Guien se tourne vers des objets du quotidien : gobelets, vitrines, mouchoirs, déodorants, smartphones. Cinq objets auxquels nos gestes et nos sens ont été éduqués, cinq objets banals mais opaques, utilitaires mais surchargés de valeurs, sublimés mais bientôt jetés. En retraçant leur histoire, ce livre entend montrer comment naît le goût pour tout ce qui est neuf, rapide, personnalisé et payant. Car les industries qui fabriquent notre monde ne se contentent pas de créer des objets, elles créent aussi des comportements. Ainsi le consumérisme n’est-il pas tant le vice moral de sociétés « gâtées » qu’une affaire de production et de conception. Comprendre comment nos gestes sont déterminés par des produits apparemment anodins, c’est questionner la possibilité de les libérer. »

Jeanne Guien, Le consumérisme à travers ses objets. Gobelets, vitrines, mouchoirs, smartphones et déodorants, Paris, Éditions divergences, 2021, 1ère de couverture.

L’évident intérêt scientifique et politique que représente ce travail m’invite à en recommander chaudement la lecture. Dans l’absolu bien sûr, puisqu’il permet de questionner le monde qui nous entoure et de réfléchir à de possibles orientations libératrices. Mais cet ouvrage est aussi stimulant en ce qu’il permet de mettre en lumière de nombreux points de rencontre entre le consumérisme et l’urbanisme. Je souhaite ainsi dévoiler ces entrelacements et montrer que les outils de l’urbanisme sont très régulièrement créés ou modifiés pour encourager la consommation. En adaptant les espaces urbains ou les procédures juridiques aux besoins des industriels, ils permettent de créer des débouchés et de faciliter l’accès à certains marchés. Jeanne Guien montre implacablement que le consumérisme est une « affaire de production et de conception », c’est-à-dire une stratégie mise en place par les industriels, et non une lubie des populations. Je voudrais montrer en quoi, il est aussi souvent une affaire d’urbanisme. En somme, mon objectif n’est pas ici de réaliser un commentaire exhaustif de l’ouvrage, mais d’attirer l’attention sur plusieurs points saillants des relations entre consumérisme et urbanisme.

La culture du jetable

À première vue, le gobelet analysé par Jeanne Guien semble bien éloigné des enjeux d’urbanisme. Mais la multiplication des emballages jetables et les transformations économiques qu’elle engendre, ont des implications urbaines directes : elles contribuent à la suppression des fontaines à eau dans l’espace urbain, à la création et la transformation de commerces comme les restaurants, à l’éparpillement d’une profusion de déchets, etc. Dès l’origine, les industriels de ce secteur conçoivent et produisent les gobelets jetables en s’appuyant sur une réflexion urbaine. Leur stratégie de développement implique de considérer les espaces urbains comme des marchés potentiels : « Les lieux de voyage et de passage contraint (trains, rues, gares) furent donc les premiers espaces que les firmes de gobelets jetables transformèrent en marchés. Gobelets et distributeurs d’eau furent qualifiés comme légers, mobiles, jetables, contenant une boisson de première nécessité, et donc adaptés aux contraintes techniques propres à ces lieux. Notamment : la mobilité et la promiscuité3. » Les emballages jetables facilitent une nouvelle forme de consommation alimentaire, la rendent plus facile et rapide. Ils ont, à cet égard, des implications sur les temporalités des modes de vie urbains. La promotion de ces produits est d’ailleurs tournée vers ces nouvelles possibilités, vantées comme des innovations majeures : « Parce qu’il peut être “emporté” en route, et jeté dans des poubelles elles aussi sur la route, destinées à être “enlevées” chaque jour, le gobelet est associé à des formes de mobilité urbaines rapides et récurrentes. Il est l’accessoire de corps en mouvement requérant d’être entretenus, hydratés, énergisés, sans que cela ne leur demande d’attention ou d’effort, sans que cela ne leur prenne du temps4. »

La diffusion des emballages jetables bouleverse par ailleurs l’économie de la distribution alimentaire, permettant en particulier le développement de la restauration rapide : « Les contenants jetables devinrent stratégiques, permettant de garder le contrôle sur les portions, la température et les gestes de production. Ils abaissaient les investissements en capital constant et circulant (lave-vaisselle, personne de service ou de plonge, formation…) et permettaient de multiplier les “points de vente” à travers le monde. McDonald’s fut imité dès 1954 par Burger King5. » Grâce à cette nouvelle organisation, des chaînes de restaurants prennent de l’ampleur en faisant la promotion de la rapidité du service et des prix bons marchés. Ces enseignes prolifèrent dans les espaces urbains, périurbains et parfois ruraux. Elles imposent à leurs restaurants des signes distinctifs répondant à un cahier des charges strict et respectant des codes d’une grande lisibilité (visibilité des enseignes, forme et superficie des restaurants, présence d’un « drive » et d’un vaste parking, etc.). Dans les espaces plus périphériques, là où le foncier est disponible, l’automobile joue un rôle important. Les enseignes mettent en place des dispositifs architecturaux permettant la distribution rapide de la nourriture. Avec le drive-thru, les automobilistes emportent la nourriture emballée dans des récipients jetables afin de la consommer plus tard. Avec le drive-in, les automobilistes restent dans leur véhicule et se font servir leur nourriture sur place, dans l’enceinte du restaurant.

Drive-thru à Leamington Spa (Angleterre) | Crédit photo : Steven McKay
Drive-In à Okinawa (Japon) | Crédit photo : Okinawa Soba (Rob)

La distribution de nourriture à emporter est de moins en moins l’apanage des fast-foods. Moins exigeants du point de vue immobilier, notamment dans les métropoles où les coûts d’implantation peuvent s’avérer très élevés, les restaurants « take-away » de toutes sortes fleurissent dans les villes. Ils sont essentiellement conçus comme lieux de cuisine et de distribution, même s’ils peuvent accueillir quelques places assises.

Restaurant Take-away à Waterford (Irlande) | Crédit photo : William Murphy

Ambulants, les food-trucks joue un rôle particulier dans l’espace urbain. De plus en plus, les collectivités les utilisent dans le cadre de l’animation de quartiers, en désignant des secteurs d’implantation et en leur accordant les autorisations d’implantation. Les enseignes qui se distinguent par leur exotisme ou leur qualité gastronomique autoproclamée sont plus à même de gagner des parts de marché.

Foire gastronomique de la restauration rapide à Valdemoro (Espagne) | Crédit photo : Ayuntamiento de Valdemoro

Les emballages jetables donnent la possibilité de raccourcir le temps d’attente des clients, de restreindre leurs interactions avec les employés, d’automatiser le service. Enfin, le développement des applications numériques amplifient considérablement cette culture du jetable, tout en créant de nouvelles modalités de distribution. Bien souvent, elles permettent de greffer des services de distribution basés sur le jetable, à des commerces déjà existants. En mettant en relation les clients et les restaurants via des applications numériques, Uber Eats ou encore Deliveroo créent de nouveaux services permis par les emballages jetables. De la même façon, certaines grandes enseignes de restauration créent des services de « click and collect », permettant de commander des plats via une application numérique puis de les récupérer sur place.

Repas “Click & flunch” | Crédit photo : Caroline Générosi

La société de l’obsolescence et de l’optimisation

Jeanne Guien s’appuie par ailleurs sur l’exemple du smartphone pour étayer sa démonstration. Les chiffres annoncés par l’autrice donnent une idée du phénomène durant les années 20106. En 2010, la croissance du marché du smartphone est de 75%. En 2017, 7 milliards de smartphones sont produits dans le monde. En 2018, 1,4 milliard d’exemplaires sont vendus. Avec des évolutions technologiques comme le développement de la 5G, les années 2020 promettent un renouvellement massif du marché. Comme le résume l’autrice, les raisons de cette propagation sont multiples :

«La diffusion de cet objet a été rapide et massive, à un point unique dans l’histoire des techniques. Beaucoup de facteurs peuvent l’expliquer : le fait que le smartphone rassemble de nombreux outils en un ; le fait que des centaines de milliers d’applications viennent sans cesse élargir ses possibilités d’usage ; le fait que cet usage génère un besoin toujours plus grand de puissance, d’autonomie et de mémoire ; le fait que cet usage soit toujours possible et facile, puisque les smartphones sont portables et que les réseaux électriques et wi-fi s’étendent ; le fait qu’ils soient surtout utilisés pour se rendre sur des services en ligne qui sont mis à jour perpétuellement, donnant l’impression qu’il se passe toujours quelque chose. »

Jeanne Guien, op. cit., p. 144.

1 – Les smartphones sont rendus toujours plus indispensables par les services développés par les industriels d’Internet, si bien qu’il devient particulièrement difficile de s’en priver. Plus précisément, l’une de leurs fonctions affichées étant de créer des liens sociaux (participation aux réseaux sociaux, utilisation d’applications de messagerie, production et échange de contenus multimédias, etc.), il peut être particulièrement délicat de ne pas s’équiper. L’objectif de nombreuses applications est de faciliter des activités quotidiennes somme toute banales (payer, s’orienter, etc.). L’usage de l’objet peut ainsi être fortement suggéré, mais aussi rendu de plus en plus indispensable (réaliser des achats en ligne, transporter son pass sanitaire, se déplacer dans les transports). Ainsi, « pouvoir consulter Internet ou utiliser certaines applications à tout moment est devenu la condition sine qua non du maintien de certains liens et du déroulement de certaines activités, les autres formes de communication ou d’attention devenant peu à peu inutilisables. L’objet devient en soi un moyen d’intégration, ou d’exclusion7. » Les services des grandes firmes sont accessibles, ergonomiques, centralisés, partagés par le plus grand nombre. Les utiliser peut rendre bien des services, s’en retirer peut rapidement devenir un casse-tête. S’il est très facile d’accéder à la plupart des services numériques, les coûts de sortie sont beaucoup plus élevés8.

Le smartphone doit aussi être considéré comme un « dispositif marchand permettant de vendre, de produire des données marketing et de diffuser sans cesse de la publicité »9. Le modèle économique de grandes firmes telles que Google ou Facebook repose sur la récupération et la vente des données des utilisateurs à des fins publicitaires. Ces entreprises, parmi bien d’autres, ont la possibilité de connaître et de recouper des informations personnelles telles que les recherches sur les moteurs de recherche, l’historique de navigation, le visionnage de médias, le contenu des médias postés en ligne, les achats en ligne, les données de géolocalisation, etc. Il en résulte un « profilage » des usagers débouchant sur la diffusion de publicités ciblées. Selon l’adage « quand c’est gratuit, c’est vous le produit », les services rendus par ces firmes sont gratuits pour l’utilisateur, uniquement dans la mesure où ses données peuvent être revendues. De façon très schématique, le smartphone permet la diffusion exponentiel du modèle suivant : a – création d’un nouveau service numérique ; b – récolte des données des utilisateurs par le concepteur du service ; c – profilage des utilisateurs et revente des données récoltées à des fins commerciales ; d – utilisation des données par des publicitaires afin de cibler les personnes potentiellement intéressées par de nouveaux produits.

2 – Les acteurs de l’urbanisme s’appuient sur la diffusion des smartphones, mais aussi sur ce modèle en quatre temps de « gouvernement par les données », pour mettre en place des dispositifs de plus en plus présents dans l’espace urbain. Dans le cadre des politiques urbaines, les institutions utilisent les données produites pour diagnostiquer la ville. Les possibilités sont infinies, citons quelques exemples simples : les capteurs électroniques disposés dans l’espace urbain permettent de calculer les flux de personnes et de marchandises et ils sont secondés par les smartphones qui donnent la possibilité aux applications de définir le trafic en temps réel ; les recherches sur Internet et la géolocalisation permettent d’identifier les dynamiques du commerce, de la fréquentation des équipements et des aménagements ; de plus en plus, les smartphones sont destinés à remplacer les supports matériels des titres de transport ; etc.

Les acteurs de l’urbanisme mobilisent ainsi le « gouvernement par les données » engendrant un contrôle accrût de l’espace urbain. Inversement, la diffusion du smartphone est encouragée par la multiplication des applications numériques qui ont tendance à rendre l’objet indispensable. En mettant à disposition des informations sur le trafic, sur la qualité de l’air, sur les transports publics, sur la fréquentation de certains équipements, en générant des données de santé, mais aussi en permettant l’utilisation de moyens de locomotion basée sur des applications numériques (trottinettes et scooters électriques par exemple), les smartphones prennent une place croissante dans la vie urbaine. Ils permettent des déplacements et des livraisons toujours plus rapides (jusqu’à l’absurde), la diversité des produits accessibles, la diffusion de la domotique dans les logements. Ces quelques exemples montrent la variété des possibilités d’articulation entre le consumérisme et l’urbanisme : les applications et les objets urbains font alors l’objet d’un travail de production et de conception bien sûr ; des techniques d’obsolescence sont largement mobilisées. Par exemple, les trottinettes électriques, qui ont proliféré dans les métropoles notamment ces dernières années, ont connu des turbulences importantes. En cause, les conflits d’usage fréquents avec les piétons, la précarité et les conditions de travail des auto-entrepreneurs chargés de leur recharge, mais aussi la fréquence abusive du remplacement des engins.

Trottinettes à Paris | Crédit photo : Patrick Janicek

L’omniprésence de l’enjeu des déchets

L’ouvrage montre combien le succès des objets jetables et le développement de l’obsolescence programmée assurent une production massive de déchets. En 2013, McDonald’s utilise par exemple 1,5 million de tonnes d’emballages jetables (2,8 tonnes par minutes). En France, ce chiffre atteint les 42000 tonnes par an10. La production de déchets n’est pas seulement une question de quantité. L’exemple des emballages de déodorants est éclairant puisque les aérosols et l’alliage de différents métaux rendent le recyclage particulièrement complexe11. Toute la chaîne de la gestion des déchets est mise à mal par ces productions abondantes et diversifiées. Toujours aux premières loges, les éboueurs subissent les effets du consumérisme, souvent sur l’autel d’arguments hygiéniques. Durant la pandémie de COVID-19, malgré le manque de protections adaptées et l’absence de reconnaissance de la dangerosité de ce travail, le ramassage des mouchoirs jetables et des masques usagés se sont avérés essentiels12. Aussi, les opérations de tri ont d’importantes limites, en particulier l’impossible recyclage de certains matériaux. Dans tous les cas, la massification du nombre de déchets entraîne le développement et la transformation des infrastructures urbaines susceptibles de les ramasser, de les trier, de les incinérer. La gestion de ces équipements est le plus souvent confiée à des prestataires privés, souvent des entreprises multinationales, dans le cadre de marchés publics ouverts par les collectivités locales. Les auto-déclarations d’innovations, d’optimisation et de perfectionnement de la gestion et du tri des déchets urbains ne doivent pas masquer la manne financière qu’ils représentent. 

La congruence des pratiques professionnelles

Une myriade de dispositifs designés, marketés, merchandisés envahit l’espace urbain. Jeanne Guien montre que, à la fin du XVIIIe siècle, les vitrines deviennent de véritables dispositifs destinés à présenter les marchandises en pieds d’immeubles en les mettant en scène parfois de façon spectaculaire, favorisant ainsi le développement du shopping, du merchandising, du marketing. Les grands magasins sont les premiers concernés. Les vitrines bouleversent du même coup l’expérience vécue dans l’espace public urbain13. D’après les sources mobilisées par l’autrice, les étalagistes des années 1950, dont le travail consiste à mettre en valeur les produits afin de générer des ventes, considèrent que l’efficacité de la vitrine réside « dans sa capacité à influer sur les déplacements des citadins : elle doit accrocher leur regard, les interrompre dans leur parcours et, dans le meilleur des cas, modifier leur itinéraire en les incitant à quitter l’espace ouvert de la rue pour pénétrer dans l’espace clos du magasin14. » Les vitrines ne remplissent donc pas seulement un rôle commercial ou communicationnel. Elles ont aussi une fonction dans l’organisation urbaine en engendrant des flux de visiteurs qui représentent autant de clients potentiels : « cette mobilisation de la foule de passants de toute classe comme flâneurs, curieux et potentiels clients, est centrale dans le développement du shopping, c’est-à-dire dans la transformation de l’achat en activité de loisir en milieu urbain. Elle a pour corrélat la transformation de toute activité de loisir (promenade, rencontre, réunion) en achat potentiel15. » Avec la vitrine, la conception des produits et la conception urbaine s’articulent directement.

Aujourd’hui, le design fait partie des principaux outils des entreprises dans leur volonté de concevoir, de fabriquer et de diffuser largement leurs produits. Elles représentent des dispositifs essentiels dans la conquête de nouvelles parts de marché puisqu’il s’agit de rendre désirables les produits. Les marques dépensent sans compter pour les soutenir. Samsung crée par exemple sa propre école de design, le Samsung Art & Design Institute16. De la même façon, cette discipline s’est très largement diffusée dans le monde de l’urbanisme. Au niveau des objets techniques d’abord, puisque les grands groupes du mobilier urbain vantent le développement de ce type de compétences censées améliorer « l’expérience usagers ». L’entreprise JC Decaux, spécialiste du mobilier urbain (abribus, panneaux publicitaires, etc.), a ainsi développé une « Direction des Designs Graphique, Numérique et Produits ». En termes de méthodes ensuite, puisque les préceptes du design thinking se diffusent à grande vitesse dans le champ de l’urbanisme, des collectivités aux entreprises privées, en passant par les organismes de formation et les agences d’urbanisme. Les partisans de cette méthodologie promettent des dispositifs de co-conception, de co-création ou encore d’expérimentation qui miseraient sur le collectif, qui bousculeraient les habitudes, et qui conserveraient une neutralité liée à leur indépendance face aux acteurs traditionnels de l’urbanisme. La lecture de l’ouvrage de Jeanne Guien, en montrant la nécessité de procéder à une analyse historique des disciplines, révèle combien ce type de neutralité est illusoire.

Ce n’est pas un hasard si les designers intègrent massivement le champ de l’urbanisme. Ils créent et affirment une image de marque basée sur une capacité à analyser et à prendre en compte les « usages », c’est-à-dire les manières d’utiliser un produit. Auprès des acteurs traditionnels de l’urbanisme, ils valorisent cette image de marque en opérant un glissement. Leur expertise d’usage ne s’applique plus uniquement aux objets. Elle concerne désormais l’ensemble de l’espace urbain et de ses composantes. Pourtant, certains professionnels de l’urbanisme sont depuis longtemps habitués à réaliser ce type d’activités. Ils analysent les activités qui se déroulent dans l’espace urbain, les façons d’utiliser et de s’approprier les équipements et les aménagements. Il note les habitudes des citadins, leurs routines, leurs pratiques. Il s’inscrit dans un cadre professionnel et institutionnel très encadré : l’activité de programmation urbaine, centrée sur les usages de l’espace et des équipements, devient incontournable dans la réalisation de projets urbains ; les plans d’urbanisme, surtout à l’échelle métropolitaine, disent vouloir s’adapter aux « nouveaux modes de vie » plus individualistes ou centrés sur le numérique afin de générer de l’attractivité ; de nouveaux secteurs d’activité, comme l’urbanisme temporaire, promettent d’innover dans leurs méthodes de réorientation des usages.

Du côté du marketing, l’espace urbain offre une multitude de possibilités aux entreprises afin de déployer de vastes stratégies de communication. Par des campagnes d’affichage, d’animation et de valorisation de leurs produits, elles tentent ainsi de transformer ou d’affiner leur image de marque. La démarche marketing est aussi souvent mobilisée par les acteurs de l’urbanisme à des fins de développement territorial. Le marketing territorial a pour objectif de faire de certaines destinations géographiques, des marques à part entière : « OnlyLyon », « Je vois la vie en Vosges », « Lozère nouvelle vie », « Tout commence en Finistère », font partie de celles-ci. Des collectivités de toutes les échelles (municipalités, départements, régions, intercommunalités) investissent massivement pour valoriser leur image, élaborent des stratégies, créent ou transforment des services, organisent des événements. Leur objectif est alors de générer de l’attractivité.

Les modes de vie sous contrainte

La thèse principale de Jeanne Guien s’oppose à l’idée largement répandue selon laquelle le consumérisme relèverait de la responsabilité des individus-consommateurs et de leurs choix, réalisés dans un contexte de neutralité du marché. Ces décisions seraient liées à des goûts personnels, à un état d’esprit, à des besoins auxquels les individus répondent. Elles seraient affaires de désirs, d’envies, de pulsions. Au contraire, en battant en brèche l’idée d’une liberté et d’une égalité devant le marché, l’autrice affirme que ces pratiques doivent être situées dans un environnement qui n’est pas indemne de toute influence, de toute emprise, qu’elle soit incitative ou restrictive.

« On ne peut pas réduire les problèmes socio-économiques (ni les problèmes écologiques) à des questions de choix individuels, comme si chacun décidait effectivement de la manière dont les objets étaient produits, et comme si nous étions toutes libres et égales face au marché. Les sociétés consuméristes sont des milieux, qui exercent des contraintes sur le mode de vie de chacun. D’autant plus dans des sociétés inégalitaires, dont les membres ne disposent pas toutes des mêmes moyens financiers ou culturels, ni du même pouvoir médiatique. La notion de choix individuel sur un marché libre où tous sont égaux est elle-même une invention consumériste. »

Jeanne Guien, op. cit., p. 15.

1 – Cette thèse ne souffre d’aucune ambiguïté. Elle impose une vision du consumérisme correspondant à un système d’influences imposé par les industriels. Ils conçoivent des objets, les produisent, les distribuent de façon à orienter les pratiques de consommation. Face à ces stratégies, la liberté de choix est restreinte. L’une des premières étapes fondamentales est de dévaloriser et de délégitimer les anciens objets comme les mouchoirs en tissu ou les récipients réutilisables condamnés selon des arguments sanitaires. Ensuite, les nouveaux produits sont rendus désirables et de nouveaux besoins sont créés de toute pièce. Certaines professions se spécialisent dans ce domaine : le design, le marketing ou encore le merchandising se développent, se structurent dans les entreprises. Enfin, les propriétaires d’objets sont obligés de se « mettre à jour » par différentes formes d’obsolescences : technique, elle concerne de nombreux objets qui ont une durée de vie limitée ; psychologique, elle conditionne les consommateurs à se tenir informés dès la sortie de nouveaux modèles (voiture, smartphone, etc.). Mises bout à bout, ces stratégies constituent une véritable « mise en ordre », loin de l’idéal de liberté qui berce nos sociétés occidentales.

2 – Cette confrontation d’idées sur la liberté de choix des individus dans la société de consommation devrait être centrale en urbanisme. Elle est pourtant particulièrement rare dans une période où le paradigme d’un « urbanisme de l’offre » oriente et irrigue les lieux de recherche, d’enseignement et de pratique17. Cet urbanisme peut être défini comme « celui des ambiances, des sensations et des émotions, celui des relations et des interactions (dont témoigne la vigueur des sites et agences de rencontres comme Meetic), celui des services de toutes sortes – de la distribution d’eau aux plus rares et plus invraisemblables, celui des événements petits et grands, celui des activités, emploi, loisirs, expression artistique, celui des informations et des connaissances, celui de l’innovation et de l’expérimentation, celui du sens, de la spiritualité, des idéologies18. » Selon ce modèle de pensée, le desserrement des contraintes imposées sur les individus par les anciennes structures sociales telles que la famille ou la religion, leur permettrait de diversifier à l’extrême leurs pratiques de mobilité, de consommation, de loisirs, de communication, etc.19. À cette nouvelle liberté correspond le développement d’une offre plurielle et multiple de services et d’objets urbains, librement accessibles dans un marché relativement neutre.

L’ouvrage de Jeanne Guien élabore ainsi une grille d’analyse très efficace pour lire l’urbanisme actuel. Comme pour le consumérisme, défendre l’idée d’une liberté absolue des pratiques n’est pas viable. Si les formes d’ordonnancement les plus anciennes peuvent être moins prégnantes, des facteurs plus insidieux produits par un milieu professionnel, ainsi que des objets urbains développés par les industries de la production et de la conception, structurent profondément les pratiques et comportements. Plus que le règne des pratiques individuelles, l’urbanisme de l’offre semble donc, comme le consumérisme, être « affaire de production et de conception ».


  1. Voir sa thèse de doctorat de philosophie []
  2. Voir son blog Médiapart et la page de son émission radio Zoom Ecologie sur Fréquence Paris Plurielle []
  3. Jeanne Guien, Le consumérisme à travers ses objets. Gobelets, vitrines, mouchoirs, smartphones et déodorants, Paris, Éditions divergences, 2021, p. 25. []
  4. Ibid., p. 50-51 []
  5. Ibid., p. 26 []
  6. Les chiffres qui suivent sont issus de Jeanne Guien, op. cit., p. 143. []
  7. Ibid., p. 145. []
  8. Ibid., p. 146. []
  9. Ibid., p. 172. []
  10. Ibid., p. 43. []
  11. Ibid., p. 202. []
  12. Ibid., p. 130. []
  13. Ibid., p. 54. []
  14. Ibid, p. 78. []
  15. Ibid, p. 62. []
  16. Ibid., p. 165. []
  17. Alain Bourdin, La métropole des individus, Éditions de l’Aube, La Tour d’Aigues, 2005, 250 pages. []
  18. Alain Bourdin, Métapolis revisitée, Éditions de l’Aube, La Tour d’Aigues, p. 127 []
  19. François Ascher, Métapolis ou l’avenir des villes, Odile Jacob, Paris, 1995, 340 pages. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Jérôme Rollin (9 mars 2022). Urbanisme et consumérisme : des liens historiques. Dédale urbain. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nhjp


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search